Air Austral vs Corsair : Fin de partie

C’est la fin d’une enquête de plus de deux ans qui faisait suite à l’interdiction faite à Corsair d’établir des liaisons entre La Réunion et Madagascar.

- Publicité -

« À la suite des procédures d’investigations menées dans les locaux de la société Air Austral en novembre et décembre 2019, l’Autorité a décidé, le 3 juillet 2020, de classer cette enquête« , indique, ce jour, un communiqué de la compagnie réunionnaise. 

A l’origine des investigations mentionnées, la non reconduction, par les autorités malgaches des droits de trafic de la compagnie Corsair entre La Réunion et Madacascar, qui lui permettait de relier Paris-CDG à Tananarive, via Saint-Denis-de-la-Réunion. Une décision qui, de fait, favorisait Air Austral.

Ce qui a attiré l’attention l’Autorité de la concurrence française qui a ouvert, début 2018, une enquête pour déterminer une éventuelle implication d’Air Austral dans la décision malgache. A cette fin, des procédures d’investigations avaient été menées dans les locaux de la société la compagnie en novembre et décembre 2019. Sans résultat probant puisque l’Autorité de la concurrence a décidé, ce 3 juillet 2020, de classer cette enquête.

Toujours selon le même communiqué, Marie Joseph Male, PDG d’Air Austral, a déclaré : « Cette décision est logique et la direction d’Air Austral confirme, si besoin était, la conformité d’un projet de coopération internationale qui a toujours conduit avec rigueur et dans un souci constant de préservation des intérêts de chacune des parties (…) Air Austral a bien évidement la volonté permanente de protéger ses intérêts économiques, mais cela dans le strict respect des règles de l’éthique appliquées aux affaires. »