Amsterdam-Schiphol : le 747-400 bientôt interdit de vol nocturne ?

260

En cas d’adoption, cela pourrait être l’une des conséquences de la proposition de loi du ministre néerlandais Mark Harbers visant à réduire les vols de nuit et interdire les opérations nocturnes d’avions jugés trop bruyants à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. Une décision « nuisible et disproportionnée », rétorque KLM, déplorant la faible marge de manoeuvre laissée aux transporteurs si le texte venait à être adoptée en l’état.

Le gouvernement néerlandais s’attaque à la pollution sonore qui résulte du va et vient incessant d’aéronefs aux abords de l’aéroport d’Amsterdam Schiphol. Une proposition de loi visant à réduire les vols nocturnes et bannir certains modèles d’avions jugés plus bruyants de ce hub international a été adressée, le vendredi 24 mai 2024, au parlement néerlandais. 

Dans son texte, Mark Harbers, Ministre néerlandais des infrastructures souhaite limiter le nombre de vols de nuit de 32 000 à 27 000 en 2025 et interdire les opérations des avions les plus bruyants, tels que le Boeing 747-400, entre 23h00 et 7h00 à l’aéroport de Schiphol Amsterdam.

> A lire aussi : Tribune JL Baroux : Aérien – Les attentes contradictoires des populations

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement souhaite réduire les capacités du principal aéroport hollandais. En novembre 2023, la proposition de loi visant à réduire de 20% les capacités du hub a finalement été avortée, comme le rappelle BTN

KLM monte au créneau

Le fait que le gouvernement s’attaque à la pollution sonore de l’aéroport résulte d’une décision de justice  à la suite d’une plainte déposée par des riverains. Mais la volonté affichée par l’état ne fait pas les affaires des transporteurs, KLM qualifiant la démarche de « nuisible et disproportionnée ».

“La proposition d’interdiction générale de certains types d’aéronefs à partir de 2025, ne laisse pas à notre industrie le temps de chercher des alternatives appropriées. Cela signifie que l’accent est mis sur le rétrécissement, au lieu de rechercher une approche équilibrée pour réduire l’impact sonore. Cela ne tient pas compte des conséquences potentielles telles que les contre-mesures pour les compagnies aériennes néerlandaises à l’étranger, la faisabilité juridique et les dommages causés aux Pays-Bas en tant que nation commerçante », a déclaré le transporteur dans un communiqué.

Selon la compagnie, la réduction de la pollution sonore autour de l’aéroport d’Amsterdam Schiphol est un objectif atteignable sans nécessiter une réduction radicale du nombre de vols opérés sur place, évoquant notamment les efforts de renouvellement des flottes au profit d’avion moins bruyants ou encore sa proposition d’imposer une redevance plus élevée aux moins bons élèves. KLM indique “examiner attentivement” la proposition de loi avant de proposer une vision plus détaillée sur ces sujets.