Heathrow menacé par plusieurs mouvements de grèves en mai 2024

689

En l’absence de compromis, l’aéroport de Londres Heathrow pourrait subir des « perturbations généralisés » pendant presque dix jours, du 4 au 13 mai 2024.

Les voyageurs d’affaires de passage à l’aéroport de Londres Heathrow au mois de mai 2024 sont susceptibles de voir leur vols faire l’objet de perturbations alors que le syndicat Unite a déposé un préavis de grève, selon les informations de Bloomberg.

Du 7 mai 2024 au 13 mai 2024, près de 800 membres du personnel des services passagers et adhérents de l’organisation syndicale prévoient d’entrer en grève pour protester contre la décision de l’aéroport d’externaliser les opérations au sol à partir du 1er juin 2024. 

> A lire aussi : Aérien : Malgré la levée du préavis de grève, de grosses perturbations sont prévues ce 25 avril

Du 4 au 13 mai 2024

Un mouvement social qui s’ajoute au préavis de grève du 4 mai 2024, et d’une durée de 72 heures, déposé par le personnel chargé du ravitaillement au sol des avions dénonçant  notamment les conditions d’emploi des nouveaux arrivants. Si les négociations ne permettent pas la levée des préavis de grève, l’aéroport de Heathrow pourrait ainsi subir des perturbations de trafic pendant presque dix jours, du 4 au 13 mai 2024.

Selon Unite, cette décision d’externalisation des opérations au sol est susceptible d’entraîner « une réduction substantielle du nombre de travailleurs » et soulève « de graves problèmes de sécurité ».

Les actions de l’aéroport d’Heathrow sont déplorables, il engrange des profits massifs pour les patrons tout en essayant de soutirer jusqu’au dernier centime à sa main-d’œuvre. Unite se concentre entièrement sur la défense des emplois, des salaires et des conditions de travail de ses membres. Nos membres à Heathrow recevront le soutien indéfectible du syndicat au cours de ce conflit”, a déclaré Sharon Graham, la secrétaire générale du syndicat Unite. L’organisation syndicale s’attend à des perturbations généralisées estimant que l’aéroport d’Heathrow « s’est rendu responsable de ce conflit ».