La Compagnie s’envole vers Milan et Tel Aviv

La Compagnie s'envole vers Milan et Tel Aviv

La Compagnie booste son programme estival en desservant Tel Aviv et installe Milan dans la durée à son programme de vol.

Au mois de décembre dernier, Frédéric Revol, CCO de La Compagnie, nous annonçait que le transporteur français 100% business class allait prochainement relier New-York à une nouvelle capitale européenne. Capitale administrative, elle ne l'est certes pas, mais économique, assurément : Milan.

> Lire aussi : F. Revol : "La Compagnie va prochainement relier New York à une nouvelle capitale européenne"

"Pour nous, ça a été une question d'opportunité. Nous cherchions à créer une nouvelle route entre New York et l'Europe, et Milan s'est vite imposée. Nous avions anticipé le passage d'Emirates, sur la ligne Dubaï-Milan-New York, d'un transport en A380 à du B777, soit moitié moins de sièges business. Nous avons pris également en compte le fait qu'il n'existe pour ainsi dire plus de compagnie nationale italienne. La demande, dans notre créneau, nous a semblé évidente." Une opportunité, certes, mais pas un coup d'essai de quelques mois : l'idée est de pérenniser cette route qui ouvrira le 29 novembre prochain, à partir de 1.500 €.

Tel Aviv pour l'été

Toute autre est la logique de la prolongation de la ligne Newark-Paris vers Tel Aviv, davantage liée aux circonstances : "Dès lors que les liaisons Paris-New York ne font pas le plein, en raison des restrictions sanitaires, il nous fallait un complément de revenu sur cette ligne. Tel Aviv nous est apparu comme la destination idéale, avec une clientèle exigeante, résiliente (résistant aux aléas sanitaire et politique) et ayant, pour le plupart des voyageurs, la double nationalité israélienne et américaine. Cette donnée permet une connexion idéale à Orly, d'une trentaine de minutes, sans repasser la sécurité". La ligne ouvrira le 22 juillet et volera jusqu'au 18 octobre. Au-delà ? "Nous sommes limités par notre flotte (deux A321 Neo, ndr)", explique Frédéric Revol qui évoque, sans la dater, la perspective de l'acquisition d'un troisième puis d'un quatrième appareil dans l'avenir. Le tarif plancher pour un Newark-Tel Aviv : 2.000 $ ; pour un Paris-Tel Aviv, moitié moins.

Hey Joe (Biden)

Ce Paris-New York qu'il faut remplir est dépendant de l'assouplissement des mesures sanitaires des Etats-Unis en direction de la France. "Nous sommes suspendus aux lèvres de Joe Biden. Mais nous avons bon espoir : l'upgrade en "pays vert" des Etats-Unis par la France, en marge du G7, est un geste fort qui devrait trouver une réciprocité rapidement, estime-t-il. Ca repartira alors vite. D'ailleurs, depuis l'assouplissement français, les réservations sont reparties en flèche sur Newark-Paris et Newark-Nice". Entre la Big Apple et la capitale française, il y aura une montée en charge progressive : 2 vols hebdomadaires en juin, 4 en juillet, 5 en août, puis un vol quotidien à partir de septembre 2021. Et la mégalopole américaine sera reliée à la Riviera durant la période estivale jusqu'à fin septembre, à compter du 3 juillet, à raison de 3 rotations par semaine, à l'image de ce qui s'est fait durant l'été 2019, au moment de son inauguration.