Le transport aérien doit s’alléger de 350 millions de sièges

Les avis des différents experts des déplacements aériens convergent sur le fait que 2021 sera une année scindée en deux avec une première partie morose et une seconde un peu plus optimiste. Mais qu’en est-il vraiment en ce début d’année ?

La semaine qui vient de s’écouler à vu l’offre aérienne mondiale diminuer de 4 millions de sièges soit 7% du trafic mondial (source : OAG). En cause : les restrictions des déplacements Intra-Européens qui ont des répercussions mondiales.

Evolution mensuelle de l’offre dite aérienne (source : OAG)

Toujours selon OAG, l’offre aérienne de janvier 2021 reste inférieure de 47% à celle de 2020 et aucune amélioration n’est à envisager avant la fin mars, car les restrictions de mobilité vont s’amplifier. Ainsi, 350 millions de sièges devraient être supprimés par les compagnies du monde entier.

La nature  dynamique du  marché  et  la  réactivité  des compagnies  aériennes  aux changements brutaux est incroyable. Tous les opérateurs négocient avec les autorités de régulation pour protéger les créneaux laissés vacants ou pour modifier les programmes de vol (fréquences, routes et horaires). Cette dynamique est essentielle et doit permettre de trouver des solutions pour retirer du marché 350 millions de  sièges pour lesquels la demande est ou va devenir caduque (restrictions règlementaires voir annulation des besoins). Bref, vivement le second semestre…

Capacité prévue : top 10 des pays (source : OAG)
Capacité prévue : évolution par zone (source : OAG)
Capacité prévue : top 10 des compagnies (source : OAG)