Ryanair : grève en vue des pilotes en Espagne

Les conflits au sein de la low-cost irlandaise se multiplient et concernent aussi le Portugal et la Grande-Bretagne.

Chez Ryanair, les ennuis volent en escadrille. Confrontée à des résultats décevants et aux difficultés du B737-MAX, la low-cost irlandaise s'organise également en vue du Brexit : elle ne cesse ainsi de développer sa filiale autrichienne Laudamotion, avec comme arrière-pensée un droit du travail plus ou moins contraignant selon les pays. D'où la multiplication des conflits sociaux liés à des mesures drastiques. Elle va ainsi supprimer quatre de ses seize bases espagnoles (Tenerife, Lanzarote, Grande Canarie et Gérone). Dernier débrayage annoncé, celui des pilotes en Espagne, à l'initiative du syndicat SEPLA, appelés à faire grève les 19, 20, 22, 27 et 29 septembre. Certaines jours coïncident avec ceux déjà annoncés pour un arrêt de travail du PNC en Espagne. le personnel de cabine protestant lui aussi contre les fermetures des quatre bases.

Les pilotes britanniques de la low-cost irlandaise ont aussi voté en faveur d'une grève de trois jours, les 2, 3 et 4 septembre, selon un communiqué du syndicat Balpa. L'association des pilotes de ligne britannique proteste contre les conditions salariales, les retraites et les prestations de maternité. La grève des pilotes irlandais initié par un syndicat de pilotes a en revanche été bloquée par la Haute Cour de Dublin, ce dernier estimant que la procédure de médiation n'avait pas été menée à son terme. Le personnel de cabine, le SNPVAC, syndicat d’hôtesses de l’air et stewards au Portugal, a pour sa part engagé une grève mercredi dernier, reprochant à Ryanair de ne pas avoir tenu compte d’engagements pris en novembre dernier autour de la législation du travail. Mais les perturbations ont été limitées, selon la compagnie.