Tim Clark (Emirates) : « Vous devez repenser vos priorités et l’une d’elle est de survivre »

Le PDG d’Emirates, Tim Clark, s’est exprimé lundi en visioconférence au salon de l’Arabian Travel Market, consacré au tourisme. Verbatim d’une intervention pessimiste.

- Publicité -

D’après la reprise de l’AFP, quelques extraits des déclarations du patron de la plus grosse compagnie du Moyen-Orient, qui emploie 100.000 personnes et possède une flotte de 270 gros-porteurs.

Reprise pour Emirates : « Je pense que d’ici 2022-2023, 2023-2024, nous verrons probablement les choses revenir à un certain degré de normalité et Emirates exploitera son réseau tel qu’il était« . « Nous devons nous remettre sur pied le plus rapidement possible (mais)nous sommes loin d’être confiants sur le fait que (…) notre trésorerie, notre bénéfice nous permettra de pouvoir deviner que nous achèterons une centaine de ça ou une centaine de ceci », a-t-il ajouté, évoquant de nouvelles commandes d’avions.

Suppressions d’emplois chez Emirates (annoncées ce dimanche et non chiffrées) : « C’est une mesure que nous nous devions de prendre. Nous ne pouvons pas laisser nos employés sans rien faire pendant si longtemps. Nous devons donc malheureusement en laisser partir certains ».

Perspectives pour le secteur aérien : « Je ne suis pas optimiste quant au fait que certains des transporteurs représentés ici aujourd’hui (au salon de l’Arabian Travel Market, ndr), qui ont déjà été renfloués de manière significative, vont passer les prochains mois (…) les six à neuf prochains mois seront difficiles« . « Nous n’avons jamais connu une situation aussi épouvantable (…) Il s’agit d’un changement structurel énorme pour notre industrie (qui est dans) un état très critique et fragile (et fait face à des) problèmes importants de trésorerie. » « La réalité aujourd’hui, c’est que, comme pour toutes les compagnies aériennes, tous les paris sont ouverts (…) Vous devez repenser vos priorités et l’une d’elle est de survivre« ..