Aides publiques : le ciel s’éclaircit pour Air Canada

La compagnie canadienne vient d’obtenir l’engagement d’Ottawa pour un plan d’aides de près de quatre milliards d’euros. Et le gouvernement canadien de négocier des prêts avec d’autres compagnies aériennes du pays. 

Pas facile de se passer de transport aérien dans un pays aussi vaste. Or, dans ce secteur durement frappé par la crise sanitaire, le Canada était le dernier, au sein du G7, à ne pas avoir engagé un plan massif de soutien à l’industrie aérienne. Ce qui n’avait pas empêché Ottawa de déployer 2 milliards de dollars canadiens d’aides aux compagnies aériennes depuis le début de la pandémie.

Cette semaine, Air Canada peut se féliciter d’avoir obtenu un vaste plan d’aide financier, officialisé ces dernières heures par le gouvernement canadien. L’accord prévoit une aide de 5,4 milliards de dollars canadiens à la compagnie, dans le cadre d’un Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE), via l’organisme CFUEC (Corporation de financement d’urgence d’entreprises du Canada). Le gouvernement s’engage aussi à prendre une participation dans le transporteur (pour atteindre les 6% du capital), dans le cadre d’un achat d’actions de 500 millions de dollars. Au total, Air Canada pourra ainsi avoir accès à environ 5,9 milliards de dollars canadiens (3,9 milliards d’euros) de financement.

L’accord prévoit également l’engagement que les clients dont les vols ont été annulés pendant la pandémie seront remboursés, ainsi qu’une garantie de la préservation de l’emploi. Air Canada ne compte plus que 15 000 salariés environ, après le licenciement de plus de 20 000 employés depuis le début de la pandémie. L’aide vise aussi à permettre à la compagnie d’acheter des avions plus « propres », ce qui passe par la livraison des quatorze derniers A 220  (sur les trente-trois commandés fermes et non annulés), la plupart construit à Mirabel (Canada).

Air Canada n’est pas la seule à avoir demandé un CUGE. Sunwinngs Airlines (et Sunwings Holidays) a déjà obtenu un prêt de 375 millions de dollars canadiens début février. Ottawa a également engagé des négociations avec deux autres transporteurs canadiens, Transat A.T et Westjet, lesquels souhaitent obtenir eux aussi des prêts, dans le cadre d’un CUGE.

A noter enfin que Westjet s’est déclarée intéressée par Transat AT. Air Canada a en effet annoncé, la semaine dernière, qu’elle mettait fin à son projet de rapprochement avec Transat, en raison des réticences des autorités de la concurrence de la Commission européenne.