Air France-KLM : accord de partage de codes avec ITA Airways

Les clients des compagnies française et néerlandaise peuvent s’envoler dès ce mois de décembre à bord des appareils du nouveau transporteur italien, vers douze destinations d’Europe du Sud – surtout italiennes – via Rome Fiumicino.

Air France-KLM était un partenaire historique d’Alitalia. Pas étonnant que les deux compagnies aériennes re-tissent progressivement des liens étroits avec ITA Airways. La jeune compagnie italienne a déjà remplacé Alitalia au sein de l’alliance aérienne SkyTeam, laquelle compte parmi ses membres le groupe franco-néerlandais et l’américaine Delta Air Lines. Et le rapprochement concerne aussi le programme de fidélité.

Aujourd’hui, Air France et KLM annoncent la signature d’accords de partage de codes avec ITA. Ce partenariat commercial offre aux clients des compagnies française et néerlandaise un choix supplémentaire, leur permettant de voler sur douze destinations d’ITA en Italie et en Europe du Sud, via Rome Fiumicino, soit Bari, Brindisi, Catane, Gênes, Palerme, Reggio de Calabre, Lamezia Terme, Turin, Trieste, et Venise, ainsi que La Valette à Malte et Tirana en Albanie. Les clients d’ITA pourront quant à eux réserver des billets pour un large choix de destinations d’Air France (via CDG) et de KLM (via Amsterdam Schiphol), en Europe, au Royaume-Uni et en Scandinavie. Munis d’un seul billet, les clients pourront effectuer l’enregistrement de leurs bagages jusqu’à leur destination finale. L’accord de partage de codes est effectif pour KLM depuis le 1er décembre. Il l’est pour Air France à compter de ce jeudi, pour des voyages à partir de lundi prochain, 13 décembre. Sous réserve de l’approbation du gouvernement américain, le partenariat sera étendu prochainement à un large choix de destinations aux Etats-Unis.

« Nous avons de grandes ambitions avec ITA et cette étape est un premier pas vers une coopération plus large » se félicite Benjamin Smith, le PDG d’Air France-KLM. Un point décisif pour le groupe franco-néerlandais ? Possible même si le groupe Lufthansa n’a probablement pas dit son dernier mot, qui se verrait bien lui aussi constituer un partenariat fort avec ITA…