Air France réduit de moitié les émissions de CO2 de deux vols

La compagnie, dans le cadre d’une initiative prise par l’alliance Skyteam, a mis en place un ensemble d’actions de limitation de l’empreinte environnementale sur des vols vers Montréal et Lisbonne.

Il y a un mois était lancé Air France ACT, un programme présentant sa nouvelle trajectoire de décarbonation visant -30 % d’émissions de CO2 par passager-km d’ici 2030 par rapport à 2019. Soit -12% d’émissions totales compte tenu de la hausse anticipée du trafic à cet horizon. Pour atteindre un tel objectif, la compagnie se doit de mettre en œuvre simultanément un ensemble d’actions. Et c’est ce qu’elle vient de tester sur deux de ses vols au départ de Paris-Charles de Gaulle. Une intiative qui s’inscrit dans le cadre du «Skyteam Sustainable Flight Challenge» visant à stimuler et encourager l’innovation en invitant les compagnies membres de l’alliance à réaliser des vols les plus éco-responsables possibles, du 1er au 14 mai.

L’opération s’est déroulée sur deux vols commerciaux, l’un à destination de Montréal opéré en A350 le 3 mai, et l’autre à destination de Lisbonne opéré en A220 le 4 mai. Ces appareils de dernière génération consomment 20 à 25 % de carburant en moins que les avions de la précédente. Les deux vols étaient alimentés avec 16 % de Carburant d’Aviation Durable (SAF) pour le vol vers Montréal et 30 % pour le vol vers Lisbonne, contre 1 % actuellement pour les vols au départ de France dans le cadre de la règlementation. Au sol et à bord, les pilotes ont mis en œuvre des actions d’éco-pilotage, comme le roulage sur un seul moteur au sol ou l’optimisation des trajectoires en temps réel, permettant de réduire de 3 à 4 % la consommation de carburant sur chaque vol. Les passagers ont été invités à limiter le volume et le poids de leurs bagages. Une restauration plus durable a été proposé à bord comme dans les salons. Et les opérations au sol étaient 100% électriques.

Cette opération et son résultat ont ainsi été rendus possibles grâce à  l’engagement de représentants de tous les métiers d’Air France (pilotes, PNC, personnels des escales…) et à la contribution de nombreux acteurs et partenaires (Airbus, TotalEnergies, Groupe ADP, Servair, Charlatte, Navya, les aéroports de Montréal et de Lisbonne). Résultat, l’activation de tous les leviers a permis de réduire de moitié les émissions de CO2 sur chacun des deux vols.