Business Class : les riches vacanciers plutôt que les voyageurs d’affaires…

Selon le patron de British Airways, la hausse du nombre de vacanciers fortunés, à bord des classes avant des compagnies aériennes, va compenser la baisse du nombre de voyageurs d’affaires… tout en étant convaincu que ces derniers seront bientôt de retour !

Sean Doyle, le directeur général de British Airways, l’assure : l’investissement de sa compagnie dans la rénovation des cabines, sièges et salons haut de gamme (6,5 milliards de livres depuis 2018) va lui permettre de séduire davantage de clients loisirs dans les classes premium, et ainsi de compenser la baisse du nombre de voyageurs d’affaires, a-t-il indiqué  en début de semaine au quotidien britannique The Guardian. Contrairement aux études laissant à penser que le secteur aérien allait perdre définitivement une partie significative de sa lucrative clientèle d’affaires, Sean Doyle pense qu’elle va revenir dès la fin de la pandémie, « même si nous ne savons pas encore exactement sous quelle forme« . Pour le DG de la compagnie britannique, les gens sont fatigués du télétravail et des visios et aspirent à reprendre le travail au bureau et les voyages d’affaires. Mais il reconnait dans le même temps que « nous ne reviendrons jamais au bon vieux temps« …

Les classes Premium comptaient, avant la crise sanitaire, pour près du tiers du chiffre d’affaires, et bien davantage en terme de marge, pour les grandes compagnies aériennes dites « legacy », alors qu’elles rassemblaient moins d’un passager sur dix à bord de leurs avions. Et le responsable d’un grand transporteur aérien, récemment, de rappeler que les voyageurs d’affaires ne représentaient avant la pandémie que la moitié des passagers des classes avant…