Coronavirus : l’Europe suspend la règle du 80/20 concernant les slots

Les compagnies aériennes peuvent être soulagées. A l’impact énorme de l »épidémie de coronavirus sur leur activité s’ajoutaient depuis quelques jours des critiques sur le maintien de vols très peu remplis mais opérés uniquement par crainte de perdre les slots…

- Publicité -

Les compagnies aériennes, ainsi que l’Association des coordinateurs des aéroports européens (EACA), l’Association européenne des gestionnaires de créneaux aéroportuaires de décollages et d’atterrissages (EUACA) et l’Association internationale du transport aérien (IATA) demandaient toutes, depuis quelques jours, un moratoire sur le «droit du grand père», qu’on appelle aussi la règle du «use it or loose it». Les transporteurs aériens européens se doivent en effet d’utiliser au moins 80% des slots qu’elles détiennent. Dans le cas contraire, les créneaux peuvent être redistribués à d’autres compagnies la saison suivante.

La Commission européenne a donc pris la décision ce mardi de suspendre « très rapidement »  les règles concernant les slots. Cette mesure devra toutefois suivre la voie législative classique et être approuvée et adoptée par le Parlement européen et les États membres, ce qui pourrait prendre un certain temps. « Cette mesure temporaire aidera l’industrie mais aussi l’environnement » explique la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Certains estimaient des compagnies maintenait des vols avec de faibles taux de remplissage uniquement puor conserver leurs slots. Les réservations pour ces vols ne sont pourtant pas toujours aussi faibles qu’on pourrait le penser, mais le nombre de no-shows est en revanche très élevé. Vu le très faible nombre de passagers constaté à bord, certains parlaient alors de vols fantômes…. Et les photos de cabines pratiquement vides publiés ces jours-ci dégradaient l’image des transporteurs. Elles perdent non seulement de l’argent, et se voient dans le même temps accusées de gaspiller du carburant et de polluer sans raison.