Des résultats en hausse pour Ryanair

380

Ryanair a engrangé 88 millions d’euros de bénéfices lors du troisième trimestre 2019, contre une perte de 66 millions d’euros au cours du même trimestre l’année précédente. Malgré ces bons résultats, le transporteur à bas coût prévient qu’il a des défis à relever en attendant que le Boeing 737 Max soit à nouveau certifié pour voler.

La compagnie aérienne a enregistré une augmentation de 13 % de ses recettes par passager, les recettes accessoires ayant augmenté de 21 % à elles seules.

Mais l’avenir pourrait s’avérer difficile pour Ryanair, qui a repoussé son objectif de desservir 200 millions de passagers par an jusqu’en 2025 ou 2026 en raison de retards dans la livraison du premier Boeing 737 Max du groupe. La compagnie aérienne a déclaré qu’elle ne s’attendait pas à ce que l’avion soit livré avant septembre ou octobre de cette année, les économies de coûts ne devant probablement pas être réalisées avant la fin 2021. Le 737 Max, offre 4 % de sièges en plus et consomme 16 % de carburant en moins.

L’été dernier, Ryanair a annoncé qu’elle devrait supprimer jusqu’à 900 emplois et envisager de fermer certaines bases en raison du retard de livraison du Max, bien qu’elle ait déclaré aujourd’hui qu’elle avait essayé de minimiser les pertes d’emplois par le biais de transferts de bases et de bases saisonnières.

Lors de la présentation de ses résultats, le transporteur a réaffirmé sa volonté sa prétention d’être « la compagnie aérienne la plus verte et la plus propre d’Europe« . Ryanair déclare qu’elle avait les émissions de carbone les plus faibles de toutes les grandes compagnies aériennes de l’UE, avec 66 g par passager-kilomètre, et a ajouté qu’elle paierait plus de 630 millions d’euros de taxes environnementales cette année.

Pour l’avenir, la politique environnementale de Ryanair vise à éliminer le plastique dans les cinq prochaines années, à réduire son empreinte sonore de 40 % par siège, à réduire les émissions de CO2 de 10 % d’ici 2030 et à encourager les passagers à soutenir son programme volontaire de compensation des émissions de carbone.