Destinus, la startup qui souhaite relier Paris à Sydney en 4 heures

193

La startup suisse Destinus développe un avion hypersonique volant à l’hydrogène et capable de relier Paris à Sydney en 4 heures. L’appareil devrait être commercialisé d’ici 2030 et proposera une alternative à l’utilisation de SAF pour décarboner l’aérien. 

Fondée en 2021, la jeune pousse souhaite proposer aux voyageurs des vols 0 émission de CO2 grâce à son avion hypersonique fonctionnant grâce à l’hydrogène liquide. Interviewé par nos confrères de TOM.travel, Jean-Philippe Girault, directeur général de Destinus France, explique que sa vitesse sera deux fois supérieure à celle du Concorde : « En moyenne, la vitesse de croisière sera de 6 000km/h, soit Mach* 5. A partir de Mach 5 et au-delà on parle d’avion hypersonique et non plus supersonique ». Grâce à l’hydrogène liquide, l’appareil fonctionnera sans carburant fossile ou synthétique. L’objectif de la société : participer au développement de la filière hydrogène et la déployer au niveau industriel. 

Visant une date de commercialisation d’ici 2030, Destinus, proposera une première version capable de transporter jusqu’à 30 passagers. La seconde pourrait ensuite accueillir jusqu’à 120 passagers à bord : « Sur ce type de véhicule, la capacité est un véritable défi technique car l’hydrogène prend beaucoup de place pour le stockage du fait de son poids très léger. Il s’agit-là d’une des plus grandes difficultés pour développer ce modèle », ajoute Jean-Philippe Girault.

Un temps de trajet divisé par 4 ou 5 sur certaines destinations

Les voyageurs pourraient alors avoir la possibilité de relier Paris à Singapour en moins de 4 heures et Paris à Sydney en 4 heures environ, soit un temps de trajets divisé par 4 ou 5. Une prouesse technique rendue possible grâce à la propulsion par hydrogène liquide et à un appareil breveté. En plus d’une vitesse jamais atteinte par un vol commercial, l’avion se veut 0 émission : « Il y a une réelle volonté d’offrir un mode de transport plus propre, en prenant en compte toute la chaîne », confie le directeur général France. 

Le prochain mode de transport prisé par les voyageurs d’affaires ? 

Mais voler à bord de cet appareil révolutionnaire aura un coût puisque, dans un premier temps, le billet devrait être commercialisé autour de 8 000 euros. Un prix conséquent qui d’office en fera un mode de transport élitiste, d’où l’importance du développement de la filière d’ici 2030 pour réduire le coût de l’hydrogène. « A terme, je pense que nous aurons les moyens d’offrir la même offre commerciale que pour une classe Business », déclare Jean-Philippe Girault. Pour les entreprises et les voyageurs d’affaires, un voyage à bord d’un appareil Destinus ne sera donc pas à la portée de tous. La startup souhaite néanmoins inciter les opérateurs de l’aérien et les infrastructures à choisir la voie de l’hydrogène pour décarboner l’industrie : « Une chose est certaine, je suis convaincu que l’hydrogène peut être LA bonne solution pour décarboner l’industrie de l’aérien. Le besoin en décarbonation est trop important et le problème des SAF est qu’il existe plusieurs catégories, ils coûtent cher à produire et ne sont pas net zéro carbone, tout comme leur production ». Rendez-vous donc en 2030…

*Mach correspond à la vitesse d’un appareil par rapport à celle du son dans l’air, Mach 1 étant la vitesse du son. Cette unité doit son nom au physicien autrichien, Ernst Mach, qui l’a inventée.

L’intégralité de l’article est à lire ici.