Emirates : résultats semestriels en dents de scie

La compagnie de Dubaï publie les résultats de son premier semestre 2019-20. Son chiffre d’affaires s’inscrit en baisse et son résultat net en hausse.

Le Groupe Emirates a vu les résultats de son premier semestre 2019-2020 (avril à septembre) impactés favorablement ou défavorablement par quatre principaux facteurs : la fermeture d’une des pistes de l’aéroport international de Dubaï (DXB) ; la baisse du coût du kérosène de 9% par rapport à la même période de l’exercice précédent (*) ; l’évolution défavorable des taux de change ; la faillite de Thomas Cook. Son chiffre d’affaires a ainsi baissé de 2% à 53,3 milliards AED (14,5 milliards USD) et son résultat net progressé de 8% à 1,2 milliard AED (320 millions USD). Son coefficient de remplissage s’est amélioré à 81,1% (+2,3%), avec 29,6 millions de passagers transportés. L’attractivité de Dubaï en tant que destination demeure forte. La compagnie a transporté 7,9% de passagers en plus vers son hub (3ème/4ème liberté).

- Publicité -

Côté destinations, Emirates a inauguré au cours du semestre deux nouvelles liaisons : Dubaï- Bangkok-Phnom Penh et Dubaï-Porto. Le transporteur, sur ces six mois, a par ailleurs pris livraison de trois A380 et devrait réceptionner trois nouveaux appareils supplémentaires d’ici à la fin de l’exercice 2019-20. La compagnie a également retiré du service six avions plus anciens, suivis par deux autres d’ici au 31 mars 2020. La flotte d’Emirates compte aujourd’hui 269 appareils dont 112 A380 et 157 B777. Rappelons que la compagnie relie Dubaï à Paris trois fois par jour (en A380), Nice une fois par jour (en A380) et Lyon également en quotidien (en B777-300).

(*) Le carburant représente toujours le principal poste de dépenses de la compagnie, puisqu’il concentre 32% de ses charges d’exploitation, contre 33% pour les six premiers mois de l’an dernier.