Flight-Report : quel service Air France à bord et au sol cet été

1370

Un an après sa première étude sur les adaptations de service faites par Air France en lien avec la pandémie de Covid-19, Flight-Report refait le point sur le service proposé par la compagnie française tant au sol à Paris qu’à bord de ses avions pour l’été 2021.

Avec la levée des restrictions de déplacements, de nombreux Français recommencent à voyager par la voie des airs. Et certains s’interrogent sur le service qu’ils recevront à bord des avions d’Air France, comme au sol. Flight-Report a ainsi recueilli des informations sur les témoignages et récits publiés sur son site mais aussi auprès du service de presse Air France. Certains des éléments graphiques proviennent de Freepik, Icongeek26, Smashicons, Good Ware, Vectors Market & surang (flaticon).

Salons à Paris Charles de Gaulle
En raison de la baisse du trafic, tous les terminaux de Charles de Gaulle n’ont pas encore réouvert. Ainsi, les salons Air France situés aux Hall M (2E-S4), au 2G et à l’arrivée (2C) sont toujours fermés. Les salons des terminaux ouverts sont tous opérationnels mais il faut noter des horaires réduits pour celui du Hall L (2E-S3) qui ferme ses portes à 14h alors même que certains vols peuvent être programmés après cet horaire. L’offre à Roissy est sensiblement identique à celle d’avant le Covid, des mesures ont été prises comme un marquage au sol indiquant un sens de circulation et le service aux buffets qui s’effectue avec l’aide d’agents.

Les soins Clarins sont de nouveau proposés depuis ce mois-ci dans les salons Business alors que ceux-ci n’ont pas été repris au salon La Première en raison de la fin du partenariat avec Biologique Recherche. A noter que l’animation autour du bar Le Balcon (salon du Hall L) n’est plus proposée. Le nouveau salon commun du Terminal 2F qui ouvre ses portes ce mois-ci proposera une offre enrichie par rapport aux anciens salons des deux péninsules (F1 & F2) avec l’ajout notamment de plats chauds et d’une offre de soins Clarins.

Salons à Paris Orly
La situation est un peu différente à Orly puisque tous les secteurs ont réouvert. Cependant les opérations d’Air France restent concentrées à Orly 3 (enregistrements de tous vols et départs outre-mer) et Orly 2 (départs domestiques). Ainsi, le salon Air France d’Orly 1 Navette reste fermé, les passagers éligibles sont invités dans un salon temporaire au niveau d’Orly 2. Le récent salon d’Air France à Orly 3 dédié aux passagers des vols vers l’outre-mer propose une offre identique à l’avant-covid avec notamment un choix de plats chauds et une dégustation des rhums des territoires ultra-marins.


Le salon temporaire à Orly 2 offre une expérience dégradée par rapport au précédent salon à Orly 1. Dépourvu de lumière naturelle, sa faible capacité lui empêche d’accueillir les invités. Par ailleurs, l’offre proposée est particulièrement réduite avec un choix de snackings, de softs, de bière et de boissons chaudes. L’ensemble est présenté dans du matériel jetable peu attrayant (gobelets en carton, cuillères en bois râpeuses).

Vols court et moyen-courriers
En cabine Economy
Le protocole a subi de nombreux changements depuis le début de la pandémie sur les vols les plus courts de la compagnie. Sur les liaisons domestiques, Air France propose dorénavant un service avec choix de softs et de boissons chaudes ; la proposition d’alcool reste limitée à la bière. Par ailleurs, depuis le mois de juillet, un snack sucré est de nouveau distribué.
Sur le réseau européen dit « moyen-courrier », l’offre est sensiblement similaire à l’avant covid à l’exception des vols de et vers le Royaume-Uni qui restent dépourvus de service. Les vols les plus longs n’ont pas retrouvé exactement leur prestation d’avant puisque le plateau distribué dans certains cas a été remplacé par un sac « bon appétit ».

En cabine Business
Sur les vols intérieurs français, l’offre proposée est maintenant identique à l’avant-covid avec une proposition de vins et de champagne, accompagnée de snacks sucrés et/ou salés plus qualitatifs. Sur les vols européens les plus courts (temps de vol inférieur ou égal à 1h30), le service est identique à celui des vols domestiques mais les plateaux froids auparavant distribués n’ont toujours pas refait leur apparition. Il faut effectuer un vol de plus de 1h30 pour avoir un plateau, de véritables verres, tasses et mugs en porcelaine. Les vols européens les plus longs faisant plus de 2h30 disposent d’un plateau avec un choix entre deux plats chauds. En revanche son format a été réduit par rapport à l’avant covid entrainant la disparition du fromage. La corbeille gourmande auparavant chargée sur les vols de plus de 2h30 n’est plus proposée. Le verre d’accueil ne reste offert que pour les vols de plus de 2h50.

Vols long-courriers
En cabine Economy
La première prestation en long-courrier est maintenant très proche de l’avant-pandémie avec la réintroduction depuis le début de l’année d’un choix de plats chauds. La seule différence étant l’absence de proposition d’apéritif avant le repas. Cependant, la limite pour une seconde prestation améliorée (rajout d’un élément chaud) est passé de 8h30 à 10h30 de temps de vol. Les softs et snacks sucrés/salés restent disponibles en libre-service pendant tout le vol. Les vols les plus longs, eux, disposent en plus de sandwichs frais.


En cabine Premium Economy
Avec un service calqué sur l’Economy, les passagers en Premium Economy ont également retrouvé le choix de plat chaud en plus de leur entrée et dessert améliorés qui sont les éléments différenciateurs du catering de cette classe de voyage. La seconde prestation avec « élément chaud » est là aussi distribuée pour les vols de plus de 10h30 au lieu de 8h30 auparavant.


En cabine Business
Le service Business a connu quelques changements notamment au niveau du verre d’accueil. Celui-ci est de nouveau proposé au sol, en revanche le service apéritif comprenant un mélange salé et un amuse-bouche n’a toujours pas été réintroduit.
La première prestation reste très proche de l’avant-covid, la seule différence étant l’assiette de fromages et le dessert qui sont présentés sur le plateau avec l’entrée et non pas dans un second temps. Les glaces et sorbets ne sont plus proposés. La limite pour avoir un plat chaud en seconde prestation a elle aussi été repoussée à 10h30 et le choix a été éliminé. Le buffet reste accessible en libre-service, mais les encas chauds ne sont plus offerts.


En cabine La Première
Malgré une demande réduite sur les liaisons transcontinentales, Air France a tenu à maintenir son produit La Première et à choyer cette clientèle exigeante. Elle a notamment rouvert son salon dédié à Paris CDG le 4 mai dernier. Et l’offre à bord reste très proche de l’avant-covid avec seulement quelques menues adaptations. L’accueil à bord est maintenu avec une coupe de champagne accompagnée d’un mélange de noix en ramequin. Un amuse bouche souvent avec du caviar est proposé après le décollage avec un choix complet du bar. Le repas continue à être délivré à l’assiette après dressage de la table. Le service débute avec le choix entre deux entrées, d’une salade composée et d’une soupe. Quatre plats différents sont proposés dont une option végétarienne. Le service du fromage, un temps modifié, a retrouvé son plateau de 5 fromages. Les desserts restent au choix mais comme en Business, les glaces et sorbets ne sont plus proposés. La seconde prestation a été simplifiée et le plat chaud n’est proposé que pour les vols de plus de 10h30 sauf s’il s’agit d’un petit-déjeuner qui est systématiquement proposé avec 2 choix de plats chauds.

Conclusion
Au sol, Air France fait l’effort de proposer un salon dans tous ses terminaux de départ à Paris. La situation est plus contrastée en région où les salons (Air France ou de l’aéroport) restent fermés à Marseille, Lyon et Bordeaux. Celui de Toulouse (Croix du Sud géré par l’aéroport) n’est ouvert qu’à des horaires très limités. Seul le salon de Nice (The Infinity géré par l’aéroport) est ouvert entièrement et avec une offre complète.

En vol, alors que certaines compagnies européennes ont profité de la pandémie pour dégrader leur service en introduisant une offre payante (à l’instar du Lufthansa Group sur les vols européens), Air France a pour l’instant résisté à cette tendance et retrouve petit à petit ses prestations d’avant crise comme en témoigne la réintroduction depuis quelques jours seulement d’un snack sucré sur les vols intérieurs français. En moyen-courrier, les perdants sont surtout les passagers de/vers le Royaume-Uni et les voyageurs Business des vols européens les plus courts qui n’ont toujours pas retrouvé la proposition d’un plateau froid. C’est d’autant plus incompréhensible que sur la même durée, KLM continue de proposer un repas froid (mais en boite jetable), c’est qui fait qu’il vaut mieux privilégier la compagnie néerlandaise sur un vol Paris – Amsterdam. Le long-courrier continue de proposer une offre complète quelque soit la cabine, même si l’on peut regretter la suppression de l’apéritif (Economy, Premium Economy et Business) et le décalage de 8h30 à 10h30 de la seconde prestation chaude (toutes cabines).

À propos de Flight-Report
Lancé en mars 2011 par Flavien Tête, son fondateur et administrateur, Flight-Report est un site communautaire indépendant : ce sont les contributeurs qui créent les contenus (les « reports » et les commentaires) et attribuent les notes. Il est devenu aujourd’hui une référence pour les récits et avis détaillés et illustrés de voyageurs en avion, avec plus de 12 000 utilisateurs inscrits et 28 000 reportages.