French Bee va ouvrir la ligne Paris-New York en 2020

La compagnie low-cost long-courrier, filiale du Groupe Dubreuil (comme Air Caraïbes), va relier Orly à New York (Newark) à compter du 20 juin prochain.

- Publicité -

French Bee s’attaque elle aussi à la ligne Paris-New York, sur laquelle opèrent déjà Air France, Norwegian, XL Airways, American et United Airlines ou encore La Compagnie. Sans oublier Corsair qui a annoncé cette semaine se lancer sur cette desserte à raison d’un vol quotidien en juin prochain (lire aussi notre article Corsair ouvre une ligne directe Paris/New York en 2020).

French Bee va opérer la ligne en A350-900 – neuf, sa livraison est prévue pour juin prochain – à raison d’un vol par jour. A New York, le choix de la compagnie s’est porté sur l’aéroport de Newark, plus petit que JFK et situé à 15 minutes en voiture de Times Square. La compagnie espère pouvoir proposer tous les jours l’horaire qu’elle annonce aujourd’hui, soit un départ de Paris à 14h pour une arrivée à New York à 16h15, puis un vol retour de Newark deux heures plus tard pour une arrivée à Paris à 7h30. French Bee garde le suspens en matière de prix, réservant l’information pour le 18 septembre, date de l’ouverture des réservations.

L’A350 sera configuré bi-classe (411 sièges dont 35 en Eco Premium). La compagnie mise sur cet appareil pour la totalité de ses besoins (elle en comptera quatre en 2020, puis six avec l’arrivée de deux séries 1000). Cet avion est doté des nouvelles technologies et d’un haut niveau de confort, avec le renouvellement plus fréquent de l’air (toutes les 3 minutes), une pression moindre (équivalente à une altitude de 1700 à 1800m d’altitude) que sur les avions de précédente génération (2000 à 2400m), une isolation phonique inégalée (4 fois moins de bruits qu’en B787) et un éclairage 100% LED pour favoriser le repos et le réveil en douceur.

«Sur New York, nous allons nous frotter à des legacy qui disposent de programmes de fidélité et s’inscrivent dans des logiques de connectivité. Mais nos atouts sont réels, le marché sur cet axe est très important, et nous avons conclu un partenariat avec Alaska Airlines, dans un premier temps via un accord interline», souligne Marc Rochet, président de French Bee. Alaska Airlines est l’une des grandes compagnies aériennes américaines, ayant grossi avec le rachat de Virgin American, au point de compter aujourd’hui 276 avions.