ITA, la remplaçante d’Alitalia, sera opérationnelle le 15 octobre

Suite à l’accord trouvé entre Rome et Bruxelles, ITA va finalement décoller mi-octobre, avec six mois de retard sur le calendrier initial et une flotte réduite de moitié par rapport à celle d’Alitalia.

Alitalia, entrée dans la crise très affaiblie et dans une situation critique ces derniers mois, a poussé un ouf de soulagement, suite à l’accord entre Bruxelles et le gouvernement italien. Rome s’est fortement impliqué, ces derniers mois, dans le cadre du montage de sa remplaçante, ITA (Italia Trasporto Aereo). Et le ministère italien de l’Économie s’est félicité, ce jeudi, de l’aboutissement des négociations serrées avec la Commission européenne.

Bruxelles devait approuver le plan d’aide de trois milliards d’euros du gouvernement italien à ITA, lequel devait s’inscrire dans le respect de la réglementation européenne en matière d’aides publiques. Sachant que d’autres prêts à Alitalia sont toujours dans son viseur depuis des mois, ceux accordées en 2017 et 2019 pour un montant total de 1,3 milliard d’euros… L’État italien va finalement revoir le plan de relance à la baisse et dans un premier temps injecter 700 millions d’euros dans ITA. Des suppressions d’emplois sont actées mais restent à chiffrer.

La flotte d’ITA devrait correspondre à la moitié de celle d’Alitalia, soit 52 appareils dont 7 long-courriers. La nouvelle compagnie devra également se délester de créneaux horaires à Milan et Rome.

L’accord acte ITA comme le nom de la nouvelle compagnie aérienne. Mais celle-ci n’a peut-être pas renoncé à la marque Alitalia, à laquelle les Italiens sont très attachés. Elle sera en effet vendue dans le cadre d’un appel d’offres public. Et ITA a obtenu le droit d’y participer.