Jeudi 19 janvier, faites grève ou télétravaillez

Jeudi 19 janvier, faites grève ou télétravaillez

La grève du 19 janvier, organisée par une intersyndicale regroupant les huit plus grandes organisations salariales françaises devrait être bien suivie. Les transports, notamment en Ile-de-France, devraient être fortement perturbés.

C'est la plupart des secteurs d'activité qui devraient être affectés par le mouvement de grève contre la réforme des retraites présentée par le gouvernement, prévu ce jeudi 19 janvier. Les salariés (non grévistes) ont tout intérêt à télétravailler ce jour-là.

En effet, si environ 70% des enseignants (notamment du premier degré) devraient débrayer jeudi, obligeant un certain nombre de parents à prendre en charge leur progéniture, les salariés sans enfant scolarisé ou bénéficiant d'un plan B devraient se voir confrontés au problème du transport.

RATP

Ils pourraient être très perturbés ce jeudi, notamment en Île-de-France. La RATP est en première ligne, son régime spécial étant menacé, pour les nouveaux entrants, par la réforme. La CGT RATP voulait viser le « zéro transport », on n'en sera pas loin : seules les lignes de métro automatiques et la 4, en partie automatisée, fonctionneront plus ou moins, les autres seront très perturbées et ouvertes seulement partiellement, uniquement aux heures de pointes. Trois lignes (8, 10 et 11) ne circuleront même pas. Situation très perturbée sur les RER dont elle a la charge également, moins sur les bus (2/3) et les tramways (3/4).

SNCF

À la SNCF, les syndicats appellent à "une mobilisation forte et massive". En Île-de-France, il n'y aura quasiment pas de Transilien (1 train sur 10 sur la plupart des lignes). Dans le reste du pays, le trafic TGV sera "très fortement perturbé" : 1 TGV sur 5 sur l’axe Atlantique, 1 TGV sur 4 sur l’axe Est, 1 TGV sur 3 sur l’axe Nord, 1 TGV sur 3 sur l’axe Sud-Est et 1 Ouigo sur 3. Sur les autres lignes, seulement 1 TER sur 10 doit circuler, tandis qu’aucun Intercités ne devrait rouler. Les liaisons internationales Eurostar et Thalys circuleront quasi normalement, mais le trafic sur les lignes Lyria (vers l’Italie) sera « fortement perturbé », annonce la SNCF. Les autres liaisons internationales sont interrompues.

Province

A Lyon, la CGT TCL prévoit un trafic « très perturbé », tandis qu'à Marseille la RTM annonce de « fortes perturbations ». Pour le moment, les syndicats n'appellent pas à une grève illimitée comme en 2019. Mais ils promettent « d'autres mobilisations » après ce premier acte.

Aérien

Dans le secteur aérien, la grève devrait avoir moins de répercussions que dans les autres transports. Le SNCTA, le syndicat majoritaire des contrôleurs aériens, n'appelle d'ailleurs pas à la grève. Environ un vol sur cinq devrait être supprimé à Orly, la Direction générale de l'aviation civile ayant demandé aux compagnies de réduire de 20 % leur programme de vols sur la journée. Les prévisions de trafic pour les autres aéroports ne sont pas encore connues, pas plus que les éventuelles annulations de vol à l'initiative des compagnies, en cas de grève des pilotes et du personnel de bord.

Carburant

Le transport routier ne sera pas non plus exempt de "risques". Dus au trafic subséquent de l'impact du mouvement sur les transports en commun, bien sûr. Mais aussi aux éventuelles difficultés à remplir son réservoir. La CGT branche pétrole appelle en effet également à la mobilisation contre la réforme des retraites et prévient dans un communiqué que cela entraînera des "baisses de débit" et "l'arrêt des expéditions" de carburant dans les stations-service.