La pandémie vient chambouler la mobilité des franciliens

Kantar dévoile une nouvelle étude sur la mobilité des citadins et l’impact de la pandémie sur leurs habitudes. L’accélération du télétravail et la baisse de la fréquentation des transports en commun ont considérablement transformé la mobilité dans les grandes métropoles, notamment en Ile-de-France. 

Au total, la pandémie a entraîné une chute de 30% du volume des déplacements domicile/travail mais également d’éducation et de loisirs en Ile-de-France. Aujourd’hui, 67% des franciliens déclarent travailler principalement à distance et plus de la moitié d’entre eux prévoient de continuer le télétravail, au moins en partie, après la pandémie. Une transformation durable de nos habitudes de travail qui impacte fortement la mobilité en région parisienne. 

> A lire aussi : La mobilité des travailleurs évolue, portée par la crise de la COVID-19

Plus en détails, la fréquentation des transports publics a connu une baisse importante pour des raisons sanitaires et la satisfaction des voyageurs est de plus en plus médiocre avec un score de 26% des sondés qui se disent satisfaits de l’offre publique, contre 37% à travers le monde. Aujourd’hui, le défi pour les grandes agglomérations est de rassurer les voyageurs et améliorer leurs services pour réduire les embouteillages et limiter l’impact environnemental. En parallèle, les déplacements dits actifs et plus respectueux de l’environnement ont également augmenté avec une part modale de 23,2% en 2021, contre 17,8% en 2019. En Ile-de-France, la marche reste également très appréciée et ce, même si la voiture individuelle a connu une hausse de 1,1 point (35,7%) en 2021.