L’aéroport de Caen, une plateforme modèle pour les voyages d’affaires

L’aéroport de Caen tire son épingle du jeu en jouant la carte de l’interconnexion des régions et il n’est pas le seul. Lille, Rennes et bien d’autres plateformes sont de véritables tremplins pour développer les affaires et les services.

Pour le gestionnaire et les autorités locales, l’aéroport de Caen permet non seulement aux Normands de se connecter aux autres régions, mais il apporte également à la Normandie du pouvoir d’achat. Cette phrase montre clairement l’apport d’une plateforme aéroportuaire à l’économie d’une région. C’est d’autant plus vrai si le mix produits/services et judicieux.

Loisirs et affaires

Avec des opérateurs d’avions privés, des liaisons Air France et Volotéa, Caen répond à tous les besoins de sa zone de chalandise. Maryline Haize-Hagron, Directrice des aéroports de Caen et de Deauville explique que les opérateurs aériens clients de la plateforme ont leurs clientèles respectives et qu’il y a même une émulation entre eux qui n’est que positive pour la région et donc pour les clients finaux.

Si Air France continue sa liaison Caen/Lyons, l’une des plus rentables de son réseau intérieur, Volotéa développe de son côté son offre avec l’ouverture prochaine d’un Caen/Montpellier. Après Marseille, Nice, Toulouse et la corse, il n’est pas impossible qu’une liaison vers l’Est s’ouvre rapidement. A suivre…

L’aviation d’affaires n’est pas en reste et se développe poussée par une économie locale active et friande d’efficience et d’efficacité.

L’impact environnemental

Le développement durable est pris en compte dans cette croissance puisque l’aéroport a engagé des frais importants pour la mise aux normes des installations. Il travaille également avec les autorités locales pour coordonner les efforts et les travaux permettant à l’aéroport de répondre aux nouvelles exigences environnementales. Quant aux opérateurs, ils misent sur des appareils de dernière génération qui ont un impact prouvé et moindre sur l’environnement et profitent de la taille réduite de la plateforme qui leur permet de minimiser les temps de roulage à leur strict minimum.

Bref, tout va pour le mieux dans un monde qui a toutefois fait baisser le trafic de 46%, pandémie oblige. Un trou d’air temporaire d’après la CCI de Caen Normandie qui croit au potentiel de la plateforme poussé par deux départements actifs que sont le Calvados et la Manche et par la volonté des opérateurs de les accompagner. Voilà de quoi rendre le sourire aux voyageurs d’affaires normands.