Les aéroports européens voient leur fréquentation doublée en 2022, mais pas celle des voyageurs d’affaires

412

Selon ACI Europe, les aéroports européens retrouvent 79% de leur niveau de fréquentation en 2022, par rapport à 2019. Un volume qui a doublé en un an, même s’il reste encore inférieur à celui d’avant-Covid. 

Une forte hausse de la fréquentation due à la hausse du trafic passagers qui, selon Olivier Jankovec, directeur général de la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe), a été « phénoménale ». En 2022, les aéroports européens ont accueilli 1,94 milliard de passagers à travers 500 plateformes aéroportuaires dans 55 pays. Malgré cette hausse, le niveau de fréquentation reste inférieur de 21% à celui de 2019 et reste inégal selon les pays. Pour l’ACI, la reprise a été dopée par la reprise des voyages loisirs ou pour raisons familiales mais les voyages d’affaires, eux, restent en retrait. 

> A lire aussi : Les entreprises vont-elles faire voyager leurs collaborateurs en 2023 ? Des TMC répondent…

Plusieurs facteurs expliquent ce déséquilibre dont, « le développement ciblé des transporteurs low-cost, l’impact persistant des anciennes restrictions de déplacement et la guerre en Ukraine ». Pour les voyageurs d’affaires, les entreprises restent sans surprise fortement impactées par la crise sanitaire, la question de la sécurité, l’inflation ou bien encore le travail hybride, limitant ainsi les déplacements de leurs collaborateurs. 

> A lire aussi : Cyberincidents, inflation et énergie : les pires menaces pour les entreprises (Allianz)

En détails, en 2022, c’est l’aéroport d’Istanbul qui a accueilli le plus de passagers avec 64,3 millions, devant Londres-Heathrow (61,6 millions), Paris-Charles de Gaulle (57,5 millions) et Amsterdam-Schiphol. Pour 2023, Olivier Jankovec s’est dit « prudemment optimiste » malgré « les tensions géopolitiques » : « Les prévisions de trafic s’améliorent […] grâce à la réouverture de la Chine » mais aussi aux perspectives de récession qui s’éloignent et, selon lui, au ralentissement de l’inflation.