Les low-costs boostent l’aéroport de Nantes

Nantes-Atlantique connait aujourd’hui la plus forte croissance parmi les grands aéroports français. easyJet, Vueling, Transavia, Volotea, Ryanair, toutes ne cessent d’y renforcer leurs offres…

- Publicité -

L’aéroport de Nantes-Atlantique, géré par une filiale de Vinci Airports (*), a battu un nouveau record de fréquentation en août avec près de 800.000 passagers. Une hausse de plus 20% sur un an… Le précédent record datait de… juillet 2019 ! Depuis le début de l’année, la fréquentation de l’aéroport nantais dépasse les 4,9 millions de passagers. Ces chiffres sont d’autant plus positifs que l’année 2018 avait déjà été record (6 millions de passagers contre 5 l’année précédente). Nantes est l’aéroport régional connaissant la plus forte croissance ces dernières années, loin devant Bordeaux, Toulouse, Nice et Marseille.

Nantes-Atlantique doit une partie de son succès au boom des compagnies low-costs. Celles-ci représentent désormais 57% du trafic de la plateforme, loin devant les compagnies régulières traditionnelles (37%) et les compagnies charter (6%). On y trouve des acteurs aussi différents qu’Air France et ses filiales Hop et Transavia, Ryanair, easyJet, Vueling et Volotea.

EasyJet a ouvert sa base à Nantes en avril dernier, sa septième en France. La low-cost britannique opère désormais 27 routes. Cette année, ses capacités sur les lignes domestiques depuis et vers Nantes augmentent de 30%.

Volotea s’est installée en 2012 à Nantes, aujourd’hui sa plus grande base française. Elle y opère plus d’une trentaine de lignes vers d’autres capitales régionales françaises et européennes.

Vueling est également très présente à Nantes, ayant accueilli cette semaine son deux millionième passager au départ de Nantes Atlantique. La compagnie low-cost espagnole a fait ses premiers pas sur le tarmac nantais en 2011, avec l’ouverture de sa ligne Nantes-Barcelone, opérée à raison de deux vols quotidiens en saison été. Pour sa saison été 2019, Vueling Airlines proposait plus de 334 000 sièges au départ de Nantes, répartis sur huit routes (Barcelone, Malaga, Rome, Palma de Majorque, Alicante, Séville, Grande Canarie et Ténérife). Transavia, la filiale low-cost d’Air France, est également très présente à Nantes, et vient d’ouvrir cet été deux nouvelles lignes vers Genève et Istanbul. Ryanair a pour sa part inauguré en avril dernier une douzième route au départ de Nantes, à destination de Naples.

Rappelons que l’aéroport, dix-huit mois après l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, vient de terminer les concertations préalables à son projet de réaménagement et d’agrandissement. Il y a urgence car la plateforme est déjà proche de la saturation à certaines dates. Des élus réclament dans le même temps l’interdiction des vols entre 23h et 6h du matin.

(*) la société Aéroports du Grand Ouest, en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes et Entreprise de Travaux Publics de l’Ouest.