Londres, première destination des jets privés

667

PrivateFly, société spécialisée dans le transport en jet privé, dévoile son rapport annuel pour l’année 2020. L’activité a été fortement impactée par la crise du coronavirus. 

En 2020, les restrictions de voyages ont drastiquement limité les vols long-courriers et les destinations les plus demandées se trouvaient en Europe. Londres, reste la première destination demandée sur le marché du jet privé, devant Nice et Paris. « L’année 2020 restera certainement dans les mémoires. La pandémie de COVID-19 a touché tous les secteurs économiques, y compris le nôtre, mais l’aviation privée n’a pas subi une chute aussi brutale de la demande que l’aviation commerciale et les autres segments de l’industrie du voyage. Cette année, PrivateFly a même opéré plus de vols qu’en 2019 », a déclaré Adam Twidell, CEO de PrivateFly. Ainsi, en matière de réservation la tendance est à la « dernière minute » puisque plus de la moitié des vols ont été réservés 7 jours ou moins à l’avance. 

Outre la clientèle corporate, PrivateFly a ainsi vu augmenter sa part de marché sur la cible loisirs, notamment au cours du second semestre 2020. De nombreux clients ont en effet fait appel à ce type de service pour se rendre en toute sécurité dans leur résidence secondaire. « La réduction des vols commerciaux et le désir de voler dans ‘sa bulle privée’ ont entraîné une augmentation du nombre de nouveaux clients qui voyageaient en jet privé pour la première fois. Nous constatons également une augmentation de la demande pour notre nouveau programme d’abonnement Jet Card, car les utilisateurs occasionnels se tournent de plus en plus vers l’aviation privée », a ajouté Adam Twidell. 

En effet, malgré la crise, PrivateFly a lancé en 2020 son programme d’abonnement et une sélection de vols « City Pairs » à tarif fixe dans le cadre de la demande croissante des voyages en hiver. Cette année, environ la moitié des vols ont été opérés avec de petits avions à réaction de 4 à 7 places.