Lufthansa propose de payer plus cher pour compenser ses émissions de carbone

188

Le groupe aérien va introduire de nouveaux « tarifs verts » sur ses vols court-courriers. L’objectif : inclure dans ces tarifs une « compensation intégrale » des émissions de carbone dans le prix du billet. 

Voler plus cher mais voler vert ! Voici ce que s’apprête à proposer Lufthansa à ses clients sur ses vols court-courriers. Déjà testée sur le marché scandinave en 2022, le groupe va progressivement étendre cette initiative afin d’assurer une compensation « intégrale » de l’empreinte carbone des passagers. Lufthansa assure que ce surplus tarifaire, de 7% en moyenne, permettra de financer à hauteur de 20% l’utilisation de SAF et 80% des projets de protection du climat. 

> A lire aussi : SAF : l’avenir est-il si radieux ?

Une initiative louable mais qui (nous) questionne. Est-ce au voyageur de payer pour l’utilisation de SAF et leur déploiement dans le secteur ? Concernant les projets de protection du climat, aucune association ou projet n’est cité sur le site de la compagnie et encore faut-il que ceux sélectionnés aient un véritable impact vertueux sur l’environnement.

> A lire aussi : La compensation carbone, un outil vraiment efficace contre le réchauffement climatique ?

Baptisé Green Fares, ce nouveau produit sera disponible à partir du 15 février 2023 pour tous les vols intra-européens et l’Afrique du Nord. Ils seront proposés par les compagnies Lufthansa, Austrian Airlines, Brussels Airlines, SWISS, Edelweiss, Eurowings Discover et Air Dolomiti sur plus de 730 000 vols par an en Europe et vers le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Le fait est que voler « vert » cela n’existe pas ou du moins pas encore…