Avec Omicron, des transports au ralenti en janvier ?

L’expansion spectaculaire du variant Omicron perturbe déjà les secteurs des transports, notamment en raison de la multiplication des arrêts maladie. La SNCF annule des trains régionaux. Certaines compagnies aériennes telles Lufthansa et SAS ont du se résoudre à réduire la voilure. Et Ryanair, du fait surtout des nombreuses restrictions aux voyages, d’annoncer une baisse d’un tiers de ses capacités en janvier.

La propagation d’Omicron se poursuit à une vitesse impressionnante. Et le Conseil scientifique, en France, craint une « désorganisation de la société », invitant dès à présent à alléger les règles d’isolement actuellement en vigueur (jusqu’à 17 jours pour un cas contact aujourd’hui). Le gouvernement devrait aller en ce sens dès le début de la semaine prochaine. Difficile en effet de faire fonctionner correctement l’économie, avec 100 000 cas de Covid par jour, et un nombre bien supérieur de cas contact.

De premières perturbations sont déjà constatées dans les transports. Ainsi, la SNCF a du annuler des trains régionaux ces dernières heures, notamment en Occitanie, en Charente, en Normandie ou dans les Yvelines, souvent du fait de cheminots et contrôleurs indisponibles. Le phénomène reste « local et marginal», a indiqué ce jeudi un porte-parole de SNCF Voyageurs. Pour l’instant…

Le secteur du transport aérien tire aussi le signal d’alarme. «Au-delà de la période des fêtes, il ne fait aucun doute qu’Omicron pèsera sur le trafic de passagers au premier trimestre de 2022», prévoit Olivier Jankovec, directeur général d’ACI Europe, ayant déjà constaté une baisse du trafic passagers dans les aéroports européens (-20%) ces dernières semaines. Les compagnies aériennes réduisent la voilure. «Nous observons de mi-janvier à février une forte baisse des réservations (…), nous devons annuler 33.000 vols, soit environ 10% du programme de vols d’hiver», a ainsi annoncé Carsten Spohr, le PDG de Lufthansa, dans une interview à l’édition dominicale du Frankfurter Allgemeine Zeitung. Chez Air France en revanche, on relève une petite baisse des réservations sans toutefois annoncer la moindre annulation de vols. Pour l’instant…

Mais la baisse des réservations n’est pas seule en cause dans la suppression des vols. La compagnie allemande a également confirmé l’annulation de liaisons transatlantique ces jours-ci, du fait des cas avérés ou contacts chez les pilotes, un porte-parole de Lufthansa parlant même de « taux de maladie extrêmement élevé». Même constat au sein de la compagnie scandinave SAS, laquelle a également annoncé l’annulation d’une dizaine de vols internationaux au départ de Stockholm ce mercredi, après une trentaine la veille. La raison là encore serait le nombre important de salariés ayant attrapé la Covid.

Le groupe aérien Ryanair Holdings (Ryanair, Buzz, Lauda, Malta Air) va pour sa part diminuer de 33% ses capacités en janvier, du fait d’Omicron bien sûr mais aussi des nombreuses restrictions aux déplacements effectives depuis déjà quelques jours, notamment entre les îles britanniques et le continent. Quand les frontières ne se ferment pas purement et simplement…

Avec Omicron, les arrêts maladie et la baisse des réservations pourraient bien ne pas être les seules préoccupations des professionnels du transport. Le conseiller médical de l’IATA, dans un interview à Bloomberg, a ainsi prévenu que le risque d’être contaminé en avion était « deux à trois fois plus important » avec le nouveau variant. Mais le docteur David Powell a tenu aussi à rappeler que ce risque restait néanmoins très faible pour les multiples raisons propres au voyage en avion, et davantage encore en classe affaires où les sièges sont plus espacés. Le secteur aérien aura beau jeu de rappeler que tous les lieux sans exception présentent aujourd’hui des risques de contamination supérieurs, y compris bien sûr les trains et les cars longue distance. Avec une mention spéciale pour le covoiturage, mode de transport collectif plébiscité par les personnes non-vaccinés, faute d’être contraint de présenter son pass sanitaire et de porter un masque…