Paris-Berlin : on aura le choix entre le TGV et le train de nuit dès fin 2023

1339

La SNCF et la Deutsche Bahn (DB) envisagent d’ouvrir une desserte TGV directe entre Paris et Berlin. Une concurrence à l’avion mais aussi au futur train de nuit que l’autrichienne ÖBB prévoit de lancer à la même date, fin 2023, en coopération avec les compagnies ferroviaires française et allemande.

Un TGV Paris-Berlin sera lancé en décembre 2023, a annoncé ce mardi à Strasbourg le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, venu fêter en Alsace les quinze ans de la coopération transfrontalière entre la compagnie française et la Deutsche Bahn. Le trajet entre les deux capitales durera 7 heures et passera par Francfort. La SNCF et la DB devrait démarrer l’exploitation de la ligne avec dans un premier un aller-retour chaque jour en ICE allemand, une seconde rotation quotidienne étant dès à présent envisagée en TGV français.

Cette desserte de jour devrait démarrer en même qu’une relance du train de nuit entre les capitales française et allemande. Il y a sept ans était en effet supprimée la liaison de la DB baptisée City Night Line, qui passait par Hambourg et Munich. Les chemins de fer autrichiens ÖBB vont donc relier Paris et Berlin en train de nuit également fin 2023, une desserte opérée en coopération avec la SNCF et la Deutsche Bahn. «Ça sera en même temps, le train de nuit et le train de jour. On aura le choix en fonction des goûts», a commenté à l’AFP Jean-Pierre Farandou à Strasbourg. «On fait l’Europe quelque part, l’Europe du quotidien», a-t-il ajouté.

Cette nouvelle ligne s’inscrira elle aussi dans le cadre de la coopération conclue en décembre 2020 entre les « historiques » SNCF, DB, ÖBB et CFF, visant à lancer de nouvelles liaisons de trains de nuit européennes. Dans ce même cadre, un train de nuit devrait également, peut-être également fin 2023, relier Bruxelles à Berlin.

Cabine d’une rame NightJet exploitée par la compagnie autrichienne OBB sur Paris-Vienne

ÖBB opère déjà une liaison de nuit entre Paris et Vienne, depuis le 13 décembre dernier, en coopération avec la SNCF. Cette desserte assurée (trois fois par semaine) avec des rames Nightjet (Siemens) donne une idée du confort qu’on devrait retrouver sur le futur Paris-Berlin. La desserte dispose de trois classes, l’une avec place assise dans un compartiment, les deux autres avec cabines dont l’une evec couchette et l’autre qualifiée de « premium », privatisable (single, double ou triple), avec linge de lit, possibilité de repas à la place, douches et toilettes à l’intérieur des cabines… De quoi se rapprocher des standards pratiqués autrefois à bord du luxueux Nord Express ayant pour la première fois en 1896 relié Paris à Saint-Pétersbourg via Berlin en mode couchette.