Point aérien : Ryanair, aéroport de Dubaï, Lufthansa, ITA Airways…

Cette semaine dans le point aérien, Ryanair célèbre son plus grand programme hivernal à l’aéroport de Marseille, l’aéroport de Dubaï revoit ses prévisions de trafic à la hausse, Lufthansa souhaite recruter 20 000 personnes en Europe et MSC Croisières se retire officiellement de la course au rachat d’ITA Airways. 

Ryanair a lancé son plus grand programme d’hiver à Marseille avec 50 liaisons, dont 5 nouvelles hivernales vers La Rochelle, Madère, Saint-Jacques-de-Compostelle, Shannon et Venise. Au total, la low cost assure plus de 340 vols par semaines durant l’hiver 2022. Un investissement de 500 millions de dollars pour développer le tourisme loisirs et d’affaires dans la région de Provence. «Ryanair contribue à faire rayonner Marseille et la Provence à l’échelle internationale en proposant une offre diversifiée vers 18 pays et ce, même pendant l’hiver. Un programme de moins en moins marqué par les saisons qui renforce l’aéroport Marseille Provence dans son rôle de porte d’entrée principale de son territoire », a déclaré Julien Boullay, Directeur Commercial et Marketing de l’aéroport Marseille Provence. 

Suite aux performances de la plateforme au troisième trimestre et aux perspectives d’une augmentation encore plus forte lors des prochains mois, l’aéroport international de Dubaï revoit son trafic passagers à la hausse en 2022. Avec 18,46 millions de passagers au troisième trimestre et des perspectives d’augmentation du trafic ses prochains mois, l’aéroport estime son trafic passagers pour l’année 2022 à 64,3 millions, soit 74,4% du niveau de 2019. D’ici fin 2023, l’aéroport international devrait dépasser les niveaux de 2019 avec une augmentation de volume de trafic, notamment vers l’Inde, l’Arabie saoudite et le Royaume-Uni. 

A lire aussi : Tribune JL Baroux – Lufthansa Group : les temps sont durs…

Chez Lufthansa, une campagne a été lancée pour recruter 20 000 salariés en Europe dans 45 métiers, dont ses sites en Allemagne, Autriche ou bien encore Belgique. Le groupe déclare rechercher particulièrement des techniciens, des juristes, des pilotes et du personnel de cabine. Selon les chiffres publiés cet automne, Lufthansa comptait 108 000 salariés à fin septembre et souhaite faire passer ce nombre à environ 115.000 fin 2023, soit moins que les 138 000 salariés que comptait le groupe à fin 2019 avant la pandémie. Selon nos confrères de l’Echo Touristique, Lufthansa souffre d’une pénurie d’effectifs, de nombreuses personnes ayant quitté définitivement le secteur après la pandémie. L’entreprise allemande a elle même supprimé 30 000 postes entre 2020 et 2021, en raison de la crise sanitaire. Mais le groupe, qui détient les compagnies Austrian, Swiss, Eurowings et Brussels Airlines, va mieux désormais : Lufthansa bénéficie de la forte reprise du trafic aérien ces derniers mois et assuré en novembre « avoir laissé la pandémie derrière lui ».

> A lire aussi : Rachat d’ITA Airways : l’offre Certares/Air France retenue

Enfin, MSC Croisières renonce au rachat d’ITA Airways, compagnie pour laquelle le groupe avait fait une offre en janvier denier, conjointement avec le groupe Lufthansa. Le croisiériste a indiqué avoir « informé les autorités compétentes qu’il n’était plus intéressé à participer à la privatisation d’ITA Airways », estimant que la « procédure actuelle » ne réunissait pas les « conditions » nécessaires à un tel rachat.