Qatar Airways : bénéfice record mais des turbulences à l’horizon

La compagnie qatarie est championne du monde des profits sur l’exercice 2021-2022, apparaissant comme l’une des grandes gagnantes de la crise sanitaire.

L’assemblée générale annuelle de l’IATA, l’Association internationale du transport aérien, de même que le sommet mondial du transport aérien (WATS), se terminent ce mercredi à Doha. Un vent d’optimisme soufflait lors de ces deux événements, les pertes cumulées du secteur du transport aérien devant spectaculairement baisser cette année (1). Et le symbole de cette santé retrouvée est sans conteste Qatar Airways, qui a remplacée au pied levé, il y a trois mois, China Eastern Airlines et Shanghai, dans l’organisation des événements.

La compagnie qatarie a profité de l’occasion pour vanter ses performances, soit un résultat net de 1,5 milliard de dollars sur l’exercice 2021-2022 clôturé le 31 mars dernier, le plus important bénéfice de son histoire… et le plus important de toutes les compagnies aériennes mondiales ! Une gageure quand l’on sait que Qatar a été créée en 1997. Un résultat d’autant plus surprenant que son trafic passagers est resté très en deça des chiffres de 2019. La compagnie n’a pu profiter pleinement, notamment, du trafic entre l’Europe et l’Asie, toujours perturbé par les restrictions de circulation de certains pays, notamment la Chine et le Japon.

Mais Qatar Airways tire profit aujourd’hui du maintien de son activité tout au long la pandémie. Et les nombreux prix qu’elle obtient (2) témoignent de la qualité de son offre et de son service. De même que les récompenses obtenues par l’aéroport Hamad de Doha, son hub, arrivé récemment encore et pour la seconde année consécutive en tête du classement Skytrax des meilleurs aéroports du monde.

Le redressement du groupe Qatar Airways est d’autant plus spectaculaire qu’il avait annoncé une perte nette de près de 3,5 milliards d’euros sur l’exercice 2020/2021. Sur cette somme, 2 milliards étaient dus à la mise au sol de ses flottes d’Airbus A380 et A330. L’entreprise a, il est vrai, obtenu un soutien ferme de son actionnaire, le gouvernement de l’État du Qatar, pendant la pandémie, avec l’injection de près de 2,6 milliards d’euros.

Mais de nombreuses inconnues demeurent, à commencer par les cours du pétrole et les risques de reprise de la pandémie. Sa flotte reste par ailleurs insuffisante pour accompagner une forte reprise du secteur. Et son litige avec Airbus sur l’A350 n’arrange pas ses affaires. Qatar Airways pourrait ainsi être confronté à des difficultés très concrètes pour répondre à la demande dans les prochains mois, alors que se profile la coupe du monde de football organisée dans le Royaume du 21 novembre au 18 décembre prochain.

(1) Le secteur du transport aérien table sur des pertes cumulées de 9,7 milliards de dollars, contre 137,7 milliards en 2020 et 42,1 milliards en 2021. Et IATA prévoit même un retour aux bénéfices pour les compagnies aériennes dès 2023.

(2) Elle été désignée Compagnie Aérienne de l’Année lors des 2021 World Airline Awards Skytrax. Elle a également été nommée Meilleure Classe Affaires au Monde, Meilleur Salon de Classe Affaires au Monde, Meilleur Siège de Classe Affaires au Monde, Meilleur Service de Restauration à bord au Monde et Meilleure Compagnie Aérienne du Moyen-Orient.