RATP : Pas de distanciation sociale et port du masque obligatoire

Interrogée sur France Inter, la présidente de la RATP, Catherine Guillouard a plaidé pour une obligation du port du masque dans les transports mais a averti que la distanciation sociale ne pourra y être assurée.

Alors qu’aujourd’hui fréquentation sur le réseau n’est que de 4% – « De 12 millions de voyages, nous sommes passés à 500 000 », Catherine Guillouard a précisé que les situations n’étaient pas les mêmes sur tout le territoire couvert par la RATP. La fréquentation est notamment plus dense en Seine-Seine-Denis. Ce qui a justifié une augmentation de l’offre : « (Nous sommes passés) de 30 % (traffic sur tout le réseau, ndr)à 50 % pour les bus, 30 à 60% pour les trams et lundi (27 avril), la ligne 13 va passer de 30 à 50 % d’offre. »

Le 11 mai, un cap sera bel et bien franchi à la RATP : « Nous réfléchissons à rallumer 70% du réseau le 11 mai et 100% des lignes automatiques ». Un ratio qui reste cependant à confirmer puisque le cahier des charges sanitaire et organisationnel du gouvernement ne sera remis que le 29 avril.

Mais ces 70 % reste le scénario le plus probable. Ces 70 % de trafic correspondent à 8 millions de trajets par jour. Si les règles de distanciation sociale devaient s’appliquer, ce chiffre tomberait à 2 millions. Un chiffre trop bas, d’après Catherine Guillouard pour répondre aux besoins pour répondre aux besoins du déconfinement.

Pour autant la président de la régie de transport en appelle à ce que le télétravail perdure durant cette période quand la situation le permet, , d’avoir recours aux « nouvelles mobilités » et encourage à organiser au sein des entreprises une embauche à des heures  différenciées entre les salariés afin de « lisser les heures de pointe ».

Pas de distanciation sociale mais le respect des gestes barrière et, surtout, l’obligation, pour les voyageurs de porter un masque. La présidente de la RATP estime à ce titre, comme la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, que les agents de contrôle RATP doivent pouvoir verbaliser pour « non port du masque » : « C’est une crise sanitaire très grave, il faut qu’il y ait des sanctions. Nous sommes prêts à y participer, il faut nous donner la base légale pour le faire. »