Sécurité des vols : les pilotes d’Air France répondent

217

Suite à la parution par le BEA d’un rapport concernant un événement survenu en 2020, et du buzz médiatique qui en résulte, le Bureau Air France – Transavia France du SNPL France ALPA a tenu à apporter quelques précisions.

L’incident sans conséquence a eu lieu le 31 décembre 2020 sur un vol d’Air France reliant Brazzaville à Paris. Les pilotes auraient été confrontés à une fuite de carburant après le décollage de la capitale de la République du Congo. Mais ils n’auraient pas coupé l’un des deux moteurs de leur Airbus A330 avant de se dérouter, comme le veut la procédure, précise le quotidien économique Les Echos. Le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) se montre sévère dans son rapport, non pas du fait seulement de cet incident, mais de l’existence de trois autres évènements survenus sur des vols Air France entre 2017 et 2022, ayant pour point commun «une déviation fortuite ou violation d’une procédure».

Pour Guillaume Gestas, président du SNPL Air France Transavia, «le professionnalisme et le respect des procédures sont au cœur de l’exercice du métier des pilotes de ligne d’Air France, la remontée spontanée d’événements permet d’améliorer en permanence notre sécurité et est une des meilleures au monde. Que la forte médiatisation, souvent partielle, dont fait régulièrement l’objet notre compagnie sur tous les sujets, ne vienne pas freiner cet outil essentiel».

Se remettre en cause et progresser encore et toujours font partie des qualités intrinsèques des pilotes de ligne et de la culture d’Air France”, rappelle le Bureau Air France – Transavia France du SNPL France ALPA, notant également que « cette capacité de remise en cause concerne également le constructeur puisque celui-ci modifie régulièrement sa documentation afin d’améliorer les informations, donc la conscience du risque, apportées aux pilotes« .

Les pilotes ajoutent que nombre des recommandations émises par le BEA sont déjà mises en œuvre depuis plusieurs mois au sein d’Air France, comme, notamment, la possibilité pour chacun d’entre eux d’accéder à l’analyse de ses propres vols afin d’améliorer en permanence ses propres performances, suite au nouveau protocole de sécurité des vols construit avec le SNPL.