SNCF : OUIGO met les bouchées doubles pour atteindre ses objectifs d’ici 2030

308

Lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi 3 mai, le groupe SNCF est revenu sur sa stratégie concernant l’offre OUIGO. L’objectif : doubler le nombre de voyageurs transportés d’ici 2030 en développant l’offre ferroviaire sur les territoires. 

Depuis son lancement en 2010, OUIGO a transporté 110 millions de voyageurs, selon Alain Krakovitch, Directeur TGV-Intercités. D’ici 2030, le groupe SNCF souhaite atteindre les 50 millions de passagers transportés par an, soit le double. Alors que l’offre low cost représente 20% du marché de la grande vitesse, la SNCF espère la développer en France et à l’international, notamment en Espagne. Pour y parvenir, le groupe mise sur de nouvelles dessertes ou bien encore l’augmentation de ses capacités. Comme l’explique Jérôme Laffon, Directeur de OUIGO, d’ici 2025, les trains passeront de 36 à 50 rames, dont 40 d’entre elles verront leur capacité augmenter. Dès cette année, OUIGO desservira 3 nouvelles destinations depuis Paris, dont Brest, La Rochelle et Perpignan. 

Plus d’options et de services (payants)

En parallèle, l’offre low cost souhaite s’enrichir de nouveaux services et options comme des espaces vélos, un espace de convivialité à bord qui viendra remplacer le fameux wagon-bar des TGV INOUI ou bien encore l’accès à une source d’alimentation pour chaque passager. Côté tarif, le groupe déploie OUIGOFLEX, une nouvelle option qui permet aux voyageurs d’échanger leurs billets de façon illimitée au prix de 9€ par passager et par trajet. L’option OUIFI est également disponible sur l’ensemble des destinations des trains OUIGO pour 3 euros par trajet. 

> A lire aussi : « Si c’est automatisé, les voyageurs pros achètent du OUIGO ! »

Concernant les voyageurs d’affaires, Jérôme Laffon confirme qu’ils ne sont toujours pas la cible principale : « Contrairement à un TGV INOUI, les horaires ne sont pas conçus en fonction des flux, mais pour optimiser la circulation des rames. C’est la base de notre modèle et c’est ce qui nous permet de proposer ces offres tarifaires. En moyenne, une rame OUIGO va circuler deux fois plus que celles des trains INOUI. » Selon lui, la clientèle corporate représente moins de 10% des voyageurs mais l’offre peut représenter une alternative depuis ou vers certaines destinations.