SNCF : vers un retour des trains de nuit

Le train pourrait redevenir un acteur majeur des mobilités sur le territoire français. Lors de son intervention du 14 juillet, le président Macron a affirmé qu’on va « redévelopper les trains de nuit et les petites lignes de train. »

- Publicité -

Une déclaration du Chef de l’Etat qui va dans le sens de la Convention citoyenne pour le climat. Dans ses 149 propositions, la Convention se prononce pour « un plan d’investissement massif pour moderniser les infrastructures de matériels roulants et les gares pour en faire des pôles multimodaux », la généralisation des mesures tarifaires attractives et la baisse de la TVA à 5,5% sur les billets de train.

La Convention explique que l’objectif est de « faire en sorte que le train, peu émetteur de gaz à effet de serre, ne soit pas plus coûteux pour les Français que d’autres moyens de transport plus émetteurs et qu’ils soient plus utilisé. »

Bordeaux-Lyon, Paris-Nice et quatre autres encore : la plupart des trains de nuit avaient disparu en 2016, concurrencés par les TGV. Mais la relance de ces trains circulant la nuit a un coût. Le collectif Oui au train de nuit estime, ce mercredi sur France Info, les besoins financiers à 1,5 milliard d’euros pour les seuls trains de nuit. 

De leur côté, les acteurs du secteur ferroviaire, regroupés au sein de l’Alliance 4F, chiffrent le montant de la régénération du réseau – notamment pour doubler la part du rail dans le transport de marchandises – à 1 milliards d’euros d’ici 2024. Il faudrait ensuite investir 12 milliards d’euros entre 2025 et 2030.