Le SNPL Air France dit « non » à l’UE sur l’abandon de créneaux à Orly

Le syndicat a pris connaissance par voie de presse de la demande formulée par la Commission européenne au Groupe Air France d’abandonner un volume conséquent de créneaux sur l’aéroport de Paris-Orly, en contrepartie de l’approbation d’une indispensable recapitalisation de l’entreprise.

Le Syndicat national des pilotes de lignes (SNPL) Air France – Transavia s’insurge, dans un communiqué, contre la demande de la Commission européenne formulée au Groupe Air France « d’abandonner (à Orly ndr) proportionnellement plus de créneaux que demandé à Lufthansa sur Francfort et Munich. Lufthansa y a pourtant une position bien plus forte qu’Air France sur Orly dont les créneaux sont par ailleurs contraints ».

« Quel intérêt la Commission européenne a-t-elle d’empêcher la compagnie nationale historique française de se réformer au prétexte d’ouvrir davantage la desserte de Paris à la concurrence étrangère ? interroge le syndicat. Volonté d’autant plus incompréhensible que l’aéroport de CDG, non contraint en slots, permet déjà d’ouvrir le marché parisien à la concurrence».

Le SNPL Air France-Transavia préfèrerait voir la Commission européenne « prendre à bras le corps la réalité des distorsions de concurrence dans le Transport Aérien européen ; les principales compagnies low cost ont leur actionnaire majoritaire et leur management en dehors de l’Union Européenne. Ces compagnies jouent aux limites des règles lorsqu’elles existent et profitent de régimes fiscaux et de règles sociales non harmonisés entre les États de l’Union ».