Uber à la peine aux USA avec ses vélos électriques

Un nouveau rétropédalage pour Jump, la marque d’Uber pour l’exploitation des vélos électriques, qui annonce son retrait de deux grandes villes américaines, San Diego et Atlanta.

- Publicité -

San Diego et Atlanta sont les derniers exemples de la réduction ou de l’arrêt des opérations d’Uber Jump. La compagnie a également cessé de proposer ses vélos à Dallas et San Antonio en juin dernier, et a annoncé il y a deux semaines qu’elle mettait fin à son programme à Staten Island, New York. Uber a également retiré temporairement ses vélos électriques de Providence, Rhode Island, au début du mois, après qu’ils aient été utilisés à des fins criminelles.

« Notre objectif est de faire des vélos et scooters électriques Jump un élément durable de l’écosystème des transports. Nous avons actuellement des produits Jump dans plus de 25 villes dans le monde et nous prenons des décisions opérationnelles au cas par cas« , a expliqué Uber dans un communiqué.

La nouvelle arrive à un moment difficile pour Uber. L’entreprise a récemment annoncé qu’elle avait perdu 5,2 milliards de dollars au deuxième trimestre de cette année, soit la perte trimestrielle la plus importante de son histoire. En juillet, Uber a licencié environ 400 personnes, soit environ un tiers de son personnel marketing mondial. En début de semaine, la société a confirmé qu’elle avait supprimé 435 postes au sein de ses équipes de produits et d’ingénierie.

L’action Uber a également chuté de près de 25 % depuis son introduction en bourse en mai dernier.