Nouvelle ligne TGV Pékin-Zhangjiakou : la Chine ouvre l’ère du rail intelligent

La Chine fait la course en tête dans le secteur du transport ferroviaire à grande vitesse. Et l’Empire du Milieu n’entend pas en rester là, avec un premier «TGV intelligent» roulant sans chauffeur…

La Chine a inauguré le 30 décembre dernier sa première ligne ferroviaire à grande vitesse complètement automatisée entre Pékin et Zhangjiakou. Le choix de cette dernière ne doit rien au hasard : cette ville de près de 4,5 millions d’habitants, située dans la province du Hebei, accueillera les JO de Pékin en 2022, conjointement avec la capitale chinoise.

La ligne de Chongli, une branche de 53 km sur la LGV Beijing-Zhangjiakou, est également entrée en service le même jour. Chongli est le nom du district où se trouve le village olympique.

La ligne entre Pékin et Zhangjiakou (174 kilomètres) est couverte par le système de navigation par satellite chinois BeiDou. Le train relie les deux villes en 47 minutes, contre 3 heures auparavant, à des pointes pouvant atteindre les 350km/h, sans chauffeur…. Ce premier « TGV intelligent» bénéficie d’équipements bimodaux 4G et 5G qui facilitent les changements de signaux, et sont compatibles avec la mise à niveau à venir du réseau 5G. Elles permettront de diffuser les Jeux en direct. Dès aujourd’hui, les passagers peuvent recharger leurs téléphones via des chargeurs sans fil et chaque siège possède sa propre tablette tactile.

La Chine dispose du plus grand réseau TGV au monde, avec plus de 60% du total des lignes à grande vitesse dans le monde, soit 30 000 km en 2020, permettant la desserte de 80% des grandes villes chinoises. Et ce réseau ne cesse de croître. Ainsi, deux lignes TGV sont entrées en service le mois dernier dans la province du Jiangsu (Est de la Chine, au nord et ouest de Shanghai), reliant pour la première fois le nord du Jiangsu au réseau TGV du pays. L’une relie Xuzhou à Yancheng (en passant par Huai’an et Suqian) et l’autre Lianyungang à Huai’an.