Transport aérien: le trafic mondial devrait doubler d’ici 2037

Les Prévisions mondiales annuelles du trafic aéroportuaire publiées ce mercredi par l’Airports Council International (Conseil international des aéroports ) précisent l’évolution du trafic pour les années à venir. Des données indispensables pour déterminer les besoins futurs en capacité.

- Publicité -

Après avoir atteint 8,8 milliards en 2018, le trafic mondial devrait doubler d’ici 2037. Sur le long terme, il devrait croître à un taux annualisé de 3,7 %, pour atteindre 19,7 milliards en 2040. La Chine devrait devenir le plus grand marché de passagers en 2031, puis dominer le classement des passagers en 2040, avec plus de 3,5 milliards de passagers, ce qui équivaut à une part de 18 % du marché mondial du trafic passagers.

Les États-Unis et l’Inde suivront, avec respectivement 2,9 et 1,3 milliard de passagers. Ensemble, les trois pays géreront près de 40 % du trafic mondial de passagers. L’Indonésie, qui est actuellement le dixième marché mondial en termes de trafic total de passagers, devrait rapidement grimper dans le classement des pays, pour atteindre la quatrième place d’ici 2036.

Pour répondre à cette forte demande, l’industrie aéroportuaire est confrontée à une question d’équilibre. Les opérateurs aéroportuaires sont déjà confrontés à des contraintes de capacité et à la montée en flèche de la demande de transport aérien qui dépasse l’infrastructure aéroportuaire disponible. Les exploitants d’aéroports sont déjà confrontés à des contraintes de capacité qui pourraient limiter la croissance.

Pour les responsables d’Airports Council International, « des mesures doivent être prises pour combler cette lacune croissante en matière d’infrastructure. Étant donné que plus de 200 aéroports ont déjà besoin d’une coordination des créneaux horaires parce qu’ils n’ont pas une capacité suffisante pour répondre à la demande, les organismes de réglementation gouvernementaux doivent collaborer avec l’industrie de l’aviation pour faire en sorte que la capacité existante puisse être mieux utilisée tout en facilitant la création et l’amélioration des infrastructures pour améliorer l’efficience et l’expérience des passagers.« 

De son côté, Eurocontrol prévoit que 1,5 million de vols – l’équivalent de 160 millions de passagers – ne pourront plus voler d’ici 2040. On estime que 470 000 passagers seront retardés d’une à deux heures par jour en 2040, contre 50 000 passagers retardés par jour en 2016.

Les prévisions du transport aérien sont cruciales pour la planification aéroportuaire et la détermination des besoins futurs en capacité. Étant donné que les projets d’infrastructure sont coûteux et souvent perturbateurs, une compréhension de la demande future fondée sur les données – comme le nombre prévu de mouvements d’aéronefs, le débit du trafic passagers et les volumes de fret aérien – fournit aux planificateurs d’aéroport et aux investisseurs les renseignements nécessaires pour prendre des décisions efficaces.