Uber : les clients prêts à payer plus pour des trajets en voitures électriques

Plus de la moitié des clients Uber en Europe sont prêts à payer 15 à 20 centimes de plus par kilomètre pour un trajet sans émission de carbone, selon une étude réalisée par l’institut de sondage britannique YouGov.

52 % des personnes interrogées dans sept pays européens ont déclaré qu’elles étaient prêtes à dépenser plus par kilomètre si leur trajet est effectué dans un véhicule ne produisant pas d’émissions de carbone, comme une voiture électrique. La proportion la plus élevée (60 %) concerne les jeunes utilisateurs de 18 à 24 ans. La proportion est la plus élevée dans les principales villes européennes, avec 59 % à Paris et 57 % à Bruxelles.

L’enquête a été commandée par la campagne #TrueCostOfUber (le vrai coût d’Uber), qui a tenté de faire pression sur l’entreprise afin qu’elle offre des incitations à ses conducteurs pour qu’ils passent à la voiture électrique. Le groupe a publié un rapport en novembre 2019, dans lequel il constate que l’avènement des applications de covoiturage a entraîné une augmentation de la pollution dans les grandes villes. Uber affirme qu’il travaille avec les villes pour réduire la pollution de l’air, et a souligné que les applications de covoiturage ont contribué à diminuer le nombre de voitures individuelles, ce qui réduit d’autant la pollution. Un sentiment qui n’est pas partagé par les habitants de ces grandes villes. Plus d’un tiers des Parisiens affirment que Uber a un impact négatif sur les niveaux de pollution dans la ville, tandis qu’à peine 20% pensent le contraire. 

La campagne #TrueCostOfUber incite la société à électrifier sa flotte dans les 10 plus grandes villes européennes d’ici 2025.