Un trafic fortement perturbé jeudi 10 novembre sur le réseau RATP, impact limité sur les grandes lignes SNCF

160

Le trafic sera très fortement perturbé ce jeudi 10 novembre à cause d’un mouvement de grève des conducteurs au sein du groupe RATP et SNCF. Si les lignes de TGV devraient être épargnées, le réseau de transports en commun à Paris et en Île-de-France sera fortement impacté. 

L’intersyndicale du groupe RATP l’avait annoncé, le mouvement de grève du jeudi 10 novembre aura comme objectif « zéro métro, zéro RER ». Il semblerait que la « promesse » soit tenue puisque selon les prévisions détaillées publiées par la RATP, le trafic sera très fortement perturbé. En détail, plusieurs lignes de métro seront partiellement ouvertes aux heures de pointe uniquement (7h-9h30 / 16h30-19h30) et certaines stations fermées. Sont concernées les lignes 3, 4, 6, 7, 7bis, 9 et 13. Pour les lignes 2, 3bis, 5, 8, 10, 11 et 12, le trafic sera totalement interrompu demain. Seules les lignes automatiques 1 et 14 fonctionneront normalement mais le groupe met en garde sur un fort risque de saturation. 

> A lire aussi : RATP : Un objectif « zéro métro, zéro RER » jeudi 10 novembre

Sur le réseau RER, la ligne A assurera 1 train sur 3 sur l’ensemble de la journée avec 1 train sur 2 en heure de pointe. Pour le RER B, le trafic est maintenu avec une moyenne de 1 train sur 2 en heure de pointe et 1 sur 3 en heure creuse. L’interconnexion sera interrompue à Gare du Nord et fera en surface. Le tramway roulera à un rythme quasi normal à l’exception des lignes T2 et T5. 

Impact modéré sur les trains grandes lignes SNCF 

Du côté des trains grandes lignes, l’impact sera modéré selon la direction de la SNCF. Le trafic des TGV sera normal et quelques perturbations sont à prévoir sur le réseau Intercités et les TER avec une moyenne de 9 trains sur 10 au niveau national. 

La RATP invite les voyageurs à différer leurs déplacements pour ceux qui en ont la possibilité et préconise le télétravail tout au long de la journée. Pour rappel, ce mouvement fait suite à une demande des valorisations salariales en phase avec l’inflation et une amélioration des conditions de travail des conducteurs.