Vers une grève massive du rail au Royaume-Uni

277

Le mouvement social sera national et devrait être très suivi, avec un fort impact sur le trafic ferroviaire pendant trois jours, entre le 21 et le 25 juin prochain.

Les syndicats du rail britannique, dont le « RMT » (le nom qu’on donne au National Union of Rail, Maritime and Transport Workers), l’attribuent à l’incapacité des employeurs des compagnies ferroviaires de parvenir à un compromis sur les salaires, les conditions de travail et le maintien de l’emploi sur certaines lignes. Le mouvement social devrait donc considérablement affecter le trafic ferroviaire les 21, 23 et 25 juin prochain.

Le RMT prévoit le débrayage de plus de 50.000 employés des chemins de fer pendant ces trois jours de grève nationale, le plus gros conflit sectoriel depuis 1989. Par ailleurs, après la grève de ce lundi dans le métro londonien – très suivie, au point d’avoir créé des situations chaotiques – le RMT appelle de nouveau à débrayer pendant 24 heures le 21 juin.

Le gouvernement de Boris Johnson se montre bien sûr très hostile à la grève, indiquant que cela allait perturber de nombreux événements prévus à ces dates, et rappelant que le secteur avait reçu une aide publique de 16 milliards de livres pour continuer à fonctionner durant la pandémie de Covid-19. La situation est d’autant plus préoccupante dans les transports britanniques que les aéroports outre-Manche sont très affectés – comme dans certains autres en Europe dont celui d’Amsterdam Schiphol – par le manque de personnel et la difficulté de recruter, avec comme conséquence pour les passagers des heures d’attente au départ comme à l’arrivée de leurs vols.