VINCI Airports : une hausse du trafic en 2022 malgré un contexte de crise

En 2022, les aéroport du réseau VINCI Airports ont vu leur trafic doublé par rapport à 2021, atteignant 72% du niveau de référence de 2019. Au total, plus de 186 millions de passagers ont été accueillis sur l’ensemble de l’année, soit plus du double qu’en 2021. Les aéroports mexicains ont enregistré de très bonnes performances, quand les européens ont « bien résisté » malgré un contexte de crise. 

Après avoir connu une nouvelle progression lors du 4ème trimestre, le trafic pour les aéroports du réseau Vinci Airports s’établit à plus de 186 millions de passagers, soit 28% de moins seulement par rapport à 2019 et plus du double en 2021. Après le retour du trafic domestique, c’est au tour du trafic international d’engager sa reprise, signe « d’un retour graduel à la normale » selon le groupe. 

L’Europe résiste 

En Europe, le trafic passagers a su résister malgré un contexte de crise économique et géopolitique. Au Portugal, la reprise du trafic a été particulièrement importante, notamment sur les liaisons avec la France, l’Espagne et le Royaume-Uni. La France, elle, enregistre une hausse sur certaines routes, dont Porto (+30%), Alger (+41%) et Istanbul (+36%) depuis l’aéroport de Lyon-St Exupéry.  A Londres Gatwick, après un léger repli en novembre, le trafic a repris au mois de décembre en particulier sur les liaisons avec l’Espagne. Des destinations qui, majoritairement, ont une fréquentation davantage Loisirs que Corpo…

En 2023, le trafic asiatique devrait être porté par la réouverture de la Chine

Sur les autres continents, les aéroports mexicains ont dépassé leurs niveaux d’avant-crise, avec un trafic particulièrement dynamique vers les Etats-Unis. Au Japon, le trafic domestique est désormais revenu à son niveau pré-Covid et le trafic international a connu un rebond suite à l’assouplissement des restrictions sanitaires. La levée des restrictions de déplacement au premier trimestre 2023, annoncée par les autorités chinoises, devrait bénéficier aux plateformes asiatiques dans les prochains mois, « même si le rythme de reconstitution reste encore incertain », précise l’opérateur aéroportuaire. 

> A lire aussi : Covid : France-Chine, chorégraphie asymétrique