Volkswagen en passe de racheter Europcar

Un consortium conduit par Volkswagen a déposé ce lundi une offre publique d’achat d’Europcar auprès de l’AMF. Le constructeur allemand était déjà propriétaire du loueur de voiture français jusqu’en 2006, avant de céder l’entreprise à Eurazéo.

Comme tous les loueurs de voiture, Europcar Mobility Group a été durement touché par la pandémie. Ses pertes nettes se sont élevées à 768M€ entre début 2020 et fin juin 2021. L’heure est aujourd’hui à la relance, avec la nécessité dans le même temps de redresser les comptes mis à mal pendant la crise sanitaire. Le leader européen de la location de voitures a d’ailleurs annoncé ce mardi le lancement d’une émission d’obligations senior liée au développement durable, pour un montant de 500M€, confirmant ses ambitions « vertes ».

Sa principale actualité reste bien sûr son rachat en cours par Volkswagen. Lundi, Bank of America Europe DAC et BNP Paribas ont déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) un projet d’offre publique d’achat visant les actions Europcar Mobility Group. Les deux banques agissaient pour le compte de Green Mobility Holding, holding de droit luxembourgeois contrôlée par un consortium mené par Volkswagen Group (66%), au côté du fonds britannique Attestor (27%) et de la plateforme néerlandaise Pon dédiée à la mobilité (7%). Vendredi dernier, le conseil d’administration d’Europcar avait, à l’unanimité, déterminé que l’OPA était dans l’intérêt de l’entreprise, de ses actionnaires, de ses employés et de ses autres parties prenantes.

VW se veut rassurante. Europcar, cotée sur Euronext Paris, resterait basée dans la capitale française. Et sa reprise par VW ne « devrait pas avoir d’impact significatif » sur ses 10.000 salariés actuels.

Cette reprise a un air de déjà vu. Volkswagen avait déjà acheté Europcar, progressivement à partir de 1988, pour finalement en devenir seul propriétaire en 1999. Avant de céder le loueur à Eurazeo en 2006, pour 3,3 Mds$. L’investisseur français s’était retiré de son capital au début de cette année, au profit des créanciers du groupe.

Europcar Mobility Group exploite aujourd’hui les marques Europcar, Goldcar, InterRent et Ubeeqo. Pour Volkswagen, ce rachat s’inscrit dans sa stratégie, celle de devenir « fournisseur global de mobilité », laquelle s’est traduit par des investissements dans d’autres entreprises devenant par exemple le principal actionnaire de Gett, son bras armé dans le secteur des VTC. Volkswagen veut aussi devenir le numéro un mondial de la voiture électrique. Sur ce point, Europcar manifeste elle aussi des ambitions et table sur plus du tiers de véhicules électriques et hybrides en location d’ici deux à trois ans.