Des passagers ont pu voyager sans passeport papier ni contrôles au check-in et à l’embarquement

1831
Des passagers ont pu voyager sans passeport papier ni contrôles au check-in et à l'embarquement

L'Association internationale du transport aérien (IATA) s'est associée à British Airways pour tester, la semaine dernière, ce qu'elle appelle un peu pesamment la première “expérience de voyage avec identité numérique entièrement intégrée”.

Les passagers d'un vol BA entre Londres Heathrow et Rome Fiumicino ont pu utiliser des technologies telles que le portefeuille et le passeport numériques, et des portiques biométriques tout au long du parcours aéroport.

Les vérifications d’usage au moment de l’achat des billets ont été rendues possibles par l’utilisation du passeport numérique. Avant leur arrivée à l'aéroport, les passagers ont reçu des messages leur attribuant leur siège et confirmant leur vol. Ils ont pu partager les données de leur carte de fidélité (stockées sous forme de justificatif vérifiable dans le portefeuille numérique de leur smartphone), ce qui leur a permis de recevoir des offres personnalisées…

Mais la valeur ajoutée phare de ce voyage du futur (proche), c’est, par l'utilisation de données biométriques, la suppression des arrêts au comptoir d'enregistrement ou à la porte d'embarquement pour le contrôle des documents.

11 partenaires

Cet essai fait suite à la publication par l'IATA, l'année dernière, d'un document intitulé "Recommended Practice on Digitalization of Admissibility" (“Pratiques recommandées sur la numérisation de l'admissibilité”), qui a l’ambition de devenir une norme pour l’indistrie

Nick Careen, vice-président senior de l'IATA pour les opérations, la sécurité et la sûreté, a déclaré que bien que la technologie existe pour permettre une expérience de voyage à identité numérique entièrement intégrée à chaque étape du voyage, "relier ces étapes entre elles s'est avéré difficile". Signe de cette complexité, ce sont pas mmoins de 11 partenaires (Accenture, Amadeus, les aéroports…) qui l’ont rendue possible.

Attentif à l’opération, Virginijus Sinkevičius, l’actuel commissaire européen à l'Environnement et au développement durable a déclaré, avec un bel esprit de synthèse : "À l'avenir, il suffira d'un smartphone contenant un portefeuille numérique chargé de votre passeport numérique, de vos cartes de fidélité et d'autres justificatifs de voyage vérifiables pour voyager".