#IFTM2019 : « KDS Neo, en forte croissance, renforce ses effectifs »

Roxana Bressy est la CEO du fournisseur leader de solutions en ligne intégrées de gestion des déplacements professionnels. Elle fait pour nous le point sur la santé de KDS, ses projets de développement, ses partenariats, l’évolution des attentes de ses clients… Pour accompagner son expansion, la filiale d’Amex GBT devrait embaucher environ 80 personnes cette année. Interview.

- Publicité -

Comment se porte KDS ?
Roxana Bressy : Nous sommes en forte croissance en nombre de transactions, aux alentours de 45% depuis notre rachat par American Express il y a trois ans. Cette croissance vient en grande partie d’Amex GBT. La France se porte bien. Notre marché d’origine compte encore pour la moitié de notre activité. Les pays d’Europe du Nord sont en très forte progression, et sont passés devant l’Angleterre qui occupe désormais la troisième place. Au global, nous travaillons aujourd’hui avec entre 2 500 et 3 000 entreprises.

Quelles synergies ont été mises en place avec Amex GBT ?
R.B : Nous sommes son bras armé technologique. Amex GBT nous a donné les moyens de renforcer fortement nos équipes. Aujourd’hui, 80% des personnes sont en charge de la technologie chez KDS, entre notre produit R&D et le support. Notre implantation dans les pays nordiques est liée exclusivement à l’apport d’Amex GBT. Les Etats-Unis sont notre prochaine zone d’expansion géographique.

Avez-vous perdu des clients TMC depuis votre rachat par Amex GMT?
R.B : Nous restons un acteur majeur sur le marché. Nos produits OBT et Expenses sont conçus pour l’ensemble de nos clients. Toutes les grandes TMC nous sont restés fidèles.

Quid de l’évolution de votre partenariat technologique avec la SNCF ?
R.B : Nous sommes un partenaire très proche de la SNCF. Plus de 40% des transactions de la compagnie ferroviaire via les OBT passent par KDS. Nous avons travaillé avec eux sur le développement de leur nouvelle plateforme de réservation, afin de connecter Neo à cette API («PAO») qui intègre le service de réservation des TER. Neo est par ailleurs le premier OBT prêt à supporter Eurostar sur son nouvel inventaire. Dès le 11 novembre prochain, les contenus de la compagnie transmanche seront exclusivement disponibles via PAO. Bref, nous sommes le premier OBT à proposer l’intégralité des contenus SNCF. Et la nouvelle plateforme va également bientôt permettre d’afficher l’ensemble des services disponibles à bord d’un TGV (bars, wifi, prises de courant…), et même de visualiser le plan de chaque voiture et de choisir son siège, comme dans un avion, ceci probablement dès l’année prochaine.

Comment évoluent les attentes des utilisateurs de la solution Neo ?
R.B : Le maître-mot est simplicité. En voyage, ils cherchent un outil facile à utiliser, avec une interface agréable et ergonomique. Nous avons énormément travaillé sur la simplification depuis un an. Et l’ensemble des développements ont tenu compte des retours clients. Avec notre nouvelle interface plus simple, nous sommes passés en six mois de 70 à 85 points en terme de satisfaction, auprès des travel managers et des donneurs d’ordre, ce qui est très élevé dans le monde des logiciels.

Quelle est aujourd’hui la solution de notes de frais idéale ?
R.B : La solution idéale est de ne plus en faire, de s’inscrire dans une logique de dématérialisation… L’idée est à terme de se passer du papier, de rentrer chez soi sans plus avoir à s’occuper des notes de frais. On peut presque parler aujourd’hui d’une telle innovation au présent.

Quid de vos projets de développement ?
R.B : Ils sont nombreux. Nous portons notamment nos efforts sur le rail, la distribution et le mobile. Et pour accompagner notre développement, nous recrutons de nouveaux collaborateurs. Nous employons 230 personnes aujourd’hui. Nous avons déjà embauché une cinquantaine de personnes depuis début 2019. Et une trentaine d’autres devraient nous rejoindre d’ici la fin de l’année…