Spendesk s’ouvre à l’Italie et à l’Espagne

La licorne française spécialisée dans la gestion des dépenses en entreprise continue son expansion en s’ouvrant au marché italien et espagnol. 

Après la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, Spendesk annonce l’ouverture de deux nouveaux marchés « dans le cadre de son plan stratégique visant à devenir leader du marché de la gestion des dépenses entre entreprises en Europe ». L’objectif pour la licorne française : acquérir 1 000 nouveaux clients sur le marché espagnol et 800 en Italie au cours des deux prochaines années. Ce lancement en Espagne s’inscrit dans la continuité de nos précédentes initiatives dans le pays, qui nous ont permis de constituer une base de clients pouvant déjà témoigner de nos atouts. « Notre implantation en Italie nous permettra d’explorer un nouveau marché et une nouvelle culture pour Spendesk. Dans un pays comptant de nombreuses PME et où la dématérialisation est essentielle, nous disposons d’un plan d’action précis pour déployer notre produit et positionner Spendesk comme le leader du marché dans la région », commente Stéphane Baranzelli, vice-président Europe du Sud chez Spendesk.

> A lire aussi : Rodolphe Ardant (Spendesk) : « Notre économie se transforme et attire davantage d’investisseurs étrangers »

La jeune pousse souhaite recruter 50 nouveaux collaborateurs spécialisés dans ces marchés, en se fixant l’objectif d’employer environ 100 personnes dans chaque pays d’ici 2026. Pour rappel, Spendesk a levé 100 millions d’euros en janvier dernier, rejoignant le club des licorne française avec une valorisation dépassant le milliard d’euros. Depuis, l’entreprise a recruté près de 200 personnes en 10 mois.

Plusieurs nouveautés et actualités à venir 

Contacté par nos soins, Stéphane Baranzelli, Vice-Président et country manager chez Spendesk, affirme qu’à l’échelle européenne se sont plus d’un million de PME/PMI qui sont encore mal équipées sur la partie Expense. « Notre volonté est de répliquer le schéma que nous avons mis en place en France, Allemagne et UK en Italie et en Espagne », nous confie-t-il. Pourquoi ces deux pays ? « Nous étions déjà présents en Espagne depuis plusieurs trimestres et nous souhaitons désormais capitaliser sur ce qui fonctionne et nous y développer. En Italie, c’est différent, nous découvrons le marché mais nous savons qu’il y a un vrai besoin car c’est un pays qui peine à se digitaliser et nous pensons pouvoir y apporter une solution qui fonctionne ». Selon lui, l’Italie a un taux de digitalisation encore faible par rapport à d’autres pays européens et ce phénomène n’a fait que s’amplifier avec la crise liée au Covid : « Nous leur apportons une solution facile d’utilisation et simple à implémenter. Nous nous fixons l’objectif d’y acquérir 800 clients d’ici fin 2024 ». 

> A lire aussi : Les dépenses « déplacements pros » ont doublé en un an (Spendesk)

Concernant la suite, Spendesk souhaite se concentrer sur la consolidation des marchés existants mais assure que plusieurs nouveautés sont en cours et ne devraient pas tarder à être annoncées. Nouvelle fonctionnalité, rachat, levée de fonds…La société n’a pas souhaité confirmer.