Tribune – Covid-19 : les aéroports entre technologie et pragmatisme

Malgré un flux de passagers et un rythme de travail réduits, l’activité aéroportuaire se poursuit dans des conditions de très grande vigilance sanitaire. Différentes solutions technologiques sont mises en place dans les aéroports pour couvrir le risque pandémique.

Totems de gel hydro-alcoolique connectés pour optimiser les tournées de remplissage, installation de caméras thermiques pour détecter les passagers présentant de la fièvre, déploiement de bornes libre-service activable par la voix pour limiter les contacts humains ou tactiles… Force est de constater que les idées d’innovations n’ont pas manqué pour permettre aux aéroports d’assurer leur activité dans les meilleures conditions de sécurité et de confort, pour les passagers comme pour le personnel aéroportuaire.

Imaginer le transport aérien de demain

Quelque part, ce foisonnement d’idées et la rapidité avec laquelle elles ont émergé sont rassurants. En nous replongeant dans le contexte, nous nous sommes retrouvés face à une situation sanitaire, économique et sociale inédite, avec une modification brutale des organisations et une très grande incertitude quant au délai de retour à la normale. On parlait même d’un « monde d’après », à l’image d’un « grand soir » sociétal qui transformerait radicalement les attentes des populations.
Dans cette optique, le groupe Aéroports de Paris (ADP) et l’agence Choose Paris Region (l’agence de promotion et d’attractivité internationale d’Ile-de-France) ont lancé le 27 avril 2020 un appel à projets d’innovation, le « Safe Travel Challenge », afin d’imaginer le transport aérien de demain. Cet appel à projets visait à « identifier, qualifier et tester de nouvelles solutions qui permettront d’accompagner la reprise progressive du trafic aérien tout en redonnant confiance aux passagers, sur l’ensemble de leur parcours, depuis leur domicile jusqu’à l’aéroport, ainsi qu’aux professionnels exerçant leurs activités sur ces plateformes. »

Une adoption pragmatique des technologies

De nombreuses idées ont découlé de l’initiative d’Aéroports de Paris et de Choose Paris Region. Mais compte tenu des enjeux, il semblait opportun de mettre sur la table toutes les solutions technologiques matures et adaptées à la situation. Les aéroports parisiens ont ainsi opté pour une intégration raisonnée des technologies dans le parcours passager. Le principe directeur des mesures prises pour limiter la propagation du virus se rapproche de celui des autres lieux accueillant du public. Il est demandé aux passagers et au personnel de porter obligatoirement un masque de protection, d’observer les règles de distanciation et de se désinfecter régulièrement les mains.

Une situation qui peut encore évoluer

Le groupe Aéroports de Paris a équipé ses terminaux de caméras thermiques. Jusqu’à 16 passagers peuvent être contrôlés simultanément. Si l’un des passagers présente de la température, il est contrôlé une seconde fois au thermomètre pistolet par deux agents présents sur place. Si la température est confirmée, il est alors proposé au passager de voir un médecin et/ou de passer un test COVID gratuitement dans l’un des kiosques de l’aéroport. 

Bien entendu, toutes ces dispositions dépendent du cadre réglementaire. Et de l’évolution de la situation sanitaire. Aucune piste technologique n’est véritablement abandonnée en tant que telle. Les aéroports, comme les autres lieux accueillant du public, ont procédé à une analyse factuelle et prudente des solutions proposées au regard des investissements, des délais de déploiement et de l’efficacité sur le terrain. Cela démontre une certaine maturité dans la digitalisation des organisations : loin des promesses et des effets de mode, les technologies sont sélectionnées pour leur capacité à s’intégrer facilement dans les process existants et pour leur valeur ajoutée sur le terrain.

La situation sanitaire inédite a démontré la forte capacité des organisations aéroportuaires à imaginer de nouvelles solutions pour maintenir la confiance des passagers et du personnel. Mais si les technologies peuvent être séduisantes sur le papier, il n’en reste pas moins qu’elles doivent se confronter à l’épreuve du terrain. Pour le moment donc, les solutions retenues s’appuient essentiellement sur le port du masque et les gestes barrières. Ce qui ne veut pas dire que de nouvelles technologies ne s’imposeront pas dans quelques temps pour à la fois fluidifier les parcours du passager et le rendre plus sûr.