Uber dégaine une « superapp » du VTC à l’aérien

Uber dégaine une

C'est le Royaume-Uni qui sert de marché test à cette augmentation d'offre XXL qui consiste à proposer sur l'appli VTC des autocars, locations de voitures mais aussi des trains et des avions.

Dans une de ses sorties publiques de l'automne 2018, son PDG Dara Khosrowshahi avait déclaré que l'ambition de Uber était de devenir le "Amazon des transports". La plateforme de TVC est encore loin de couvrir le spectre de la marketplace de référence, même en le restreignant au marché des mobilités, même en prenant en compte sa diversification en direction de la livraison de repas à domicile (Uber Eats, lancé en 2015).

Mais la situation pourrait rapidement évoluer. L'entreprise de San Francisco a en effet annoncé mercredi qu'elle s'attaquait désormais aux longues distances. L'objectif : ajouter des trains, autocars, avions et locations de voitures à son application au Royaume-Uni. La société ne propose pas ces services elle-même, mais intègrera des solutions existantes, permettant aux utilisateurs d'acheter leurs billets dans son appli. Si le test est concluant, Uber a annoncé vouloir étendre cette nouvelle offre à d'autres pays.

C'est donc une sorte de guichet unique que propose Uber. On pourrait considérer cette évolution comme naturelle puisque, de fait, scooters et vélos sont déjà disponibles sur son appli. A ce détail près que l'offre de ces moyens de locomotion douce sont la résultatnte soit de partenariats resserrés, soit de liens capitalistiques entre Uber et ces opérateurs. Dans le cas de cette extension, Uber ne serait qu'un canal de réservation.

Ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas

Ce qui n'empêche pas d'imaginer, à l'avenir que Uber se rapproche des agrégateurs qu'elle va intégrer à sa plateforme. Mais ce n'est là que conjecture puisque pour l'heure, on ne sait que très peu de choses et la direction française n'a pas pu (ou voulu) nous en dire plus. Ce qu'on sait :

  • le déploiement de cette nouvelle offre devrait débuter dans les semaines à venir
  • Eurostar devrait y être accessible
  • l'aérien s'y ajoutera plus tard dans l'année 2022

Ce qu'on ne sait pas : 

  • le rythme de déploiement de l'offre, notamment hors UK
  • quels autres pays sont ciblés
  • quels seront les agrégateurs et/ou GDS qui viendront se brancher sur l'appli
  • si l'offre pourrait avoir un intérêt pour la clientèle corpo, en termes d'expense, notamment
  • quel sera le mode de rémunération du champion du VTC

Beaucoup d'éléments restent donc à découvrir... Jamie Heywood, responsable d'Uber au Royaume-Uni, a en outre précisé que la réservation d'hôtel était aussi dans les projets de l'entreprise. On ne serait dès lors plus dans le transport mais dans le Travel, non plus dans le VTC mais l'OBT. A suivre.

> Lire aussi : Uber : "Multiplier par 5 notre chiffre corpo en 3 ans"