Visa Schengen : un nouveau régime pour les ressortissants indiens

848

Dans le cadre du renforcement des relations entre l’UE et l’Inde sur la migration et la mobilité, la Commission Européenne adopte un nouveau régime de visas à entrées multiples pour les ressortissants indiens. 

La Commission européenne a adopté des règles spécifiques sur la délivrance de visas à entrées multiples aux ressortissants indiens. Celles-ci s’avèrent plus favorables que les règles standard du code des visas qui s’appliquent jusqu’à présent, selon la commission. Avec ce régime de visa en “cascade” pour des séjours de courte durée dans l’espace Schengen, l’Europe souhaite faciliter l’obtention de visas longue durée aux ressortissants indiens.

Conformément au nouveau régime, les ressortissants indiens peuvent désormais se voir délivrer des visas Schengen à entrées multiples de longue durée, valables deux ans, après avoir obtenu et utilisé légalement deux visas au cours des trois années précédentes. Le visa de deux ans sera normalement suivi d’un visa de cinq ans, si la durée de validité restante du passeport est suffisante, précise un communiqué.

> A lire aussi : Vistara, meilleure business class d’Inde et d’Asie du Sud

Pendant la durée de validité de ces visas, les titulaires bénéficient de droits de circulation équivalents à ceux des ressortissants exemptés de visa. Une décision qui s’inscrit dans le contexte du renforcement des relations européennes avec l’Inde dans le cadre du programme commun UE-Inde sur la migration et la mobilité.

Vers des standards européens

Jusqu’à présent, l’obtention de visa longue durée pour les voyageurs Indiens était sujette à l’appréciation de chaque administration. « Avec cette nouvelle politique, il devrait s’agir dorénavant d’une règle standard », a déclaré Mahendra Vakharia, Directeur de Pathfinders Holidays dans les colonnes de Skift.

> A lire aussi : Inde : Navan s’installe-t-elle dans le nouvel eldorado du business travel ?

Quid de l’impact sur le délai de traitement ? Cette évolution est censée une fois encore permettre la création d’une norme à l’échelle de l’espace Schengen, créant à terme une homogénéisation des délais de traitement. « La France et l’Espagne traitent les visas en quatre jours, et il y a ensuite la Croatie, qui prend 60 jours », illustre-t-il. La réduction du délai de traitement à l’échelle de l’espace Schengen prendra toutefois du temps. Nul doute que ces évolutions bénéficieront aux voyageurs d’affaires.