2023 ou l’année des achats responsables ?

256

L’Observatoire des Achats Responsables (ObsAR), publie son 14ème baromètre, incluant le secteur privé et public. 

Selon ce baromètre 2023, plus de 9 organisations sur 10 sont aujourd’hui engagées ou sont sur le point de l’être dans une démarche d’achats responsables, y compris au sein des ETI et PME. Dans le privé, les raisons qui ont poussé les entreprises à s’engager sont l’alignement sur la politique RSE (94%), l’éthique (88%) et les attentes clients (87%). Dans le public, la réglementation arrive à la première place (87%), devant les politiques publiques et l’éthique. A contrario, ce qui n’est pas stratégique ou important pour elles sont l’optimisation des coûts, la confiance des investisseurs (pour les entreprises privées) ou bien encore l’avantage concurrentiel (dans le public). 

Parmi les éléments mis en place, 78% des répondants affirment que cela passe par l’identification des enjeux achats et RSE des achats, devant une charte achats responsables (62%) et une politique rédigée (60%). Concernant une cartographie formalisée des enjeux RSE aux achats, 92% des grands groupes déclarent en avoir réalisé, contre 34% pour les PME. « Un exercice sûrement perçu comme trop complexe pour les petites structures, et obligatoire pour les entreprises de + de 5000 salariés (certaine ne sont donc pas encore conformes à la loi sur le Devoir De Vigilance Française) » indique l’étude. Sur l’analyse des risques et du devoir de vigilance, Nathalie Paillon, Directrice des Opérations et des Etudes au sein de l’ObsAR, affirme qu’une nette augmentation de sa prise en compte est observée cette année. En cause : la crise sanitaire et un contexte géopolitique instable et complexe. 

L’achat responsable devient incontournable 

Contactée par la rédaction elle ajoute : « Les grands enseignements de ce 14ème baromètre sont multiples. Le plus important est que la thématique de l’achat responsable devient incontournable pour une organisation, quelque soit sa taille ou son secteur d’activité. Il y a une réelle prise de conscience des enjeux RSE et autour du fait que ces achats responsables viennent les servir ». Elle nous confirme que, néanmoins, cela ne se traduit pas encore systématiquement à travers des actions concrètes : « Cela met du temps et il va falloir attendre encore quelques années afin d’observer comment cela va se traduire ». 

Sur les stratégies achats, les démarches engagées visent avant tout à réduire la consommation d’énergie, réduire les déchets et valoriser les produits en fin de vie. En toute logique, et en cohérence avec le contexte de crise, les actions en faveur de la sobriété, notamment énergétique, sont celles qui ont mobilisé le plus de répondants. Accroître la durabilité de l’achat est par ailleurs l’action prioritaire qui a été menée dans le secteur des achats sur 2022 selon les répondants. Au niveau social, la démarche d’achats responsables est avant tout portée par la préservation de la santé et la sécurité des personnes, devant la protection des droits de l’homme et assurer des conditions de travail dignes. 

Impact positif sur l’écosystème et la supply chain

Enfin, sur les perspectives 2023, 100% des entreprises dans le public assurent vouloir trouver un moyen d’avoir un impact positif sur son écosystème à travers les achats responsables et faire appliquer le respect des valeurs sociales et sociétales, tout comme le secteur privé ou les PME. 

Selon Nathalie Paillon, l’évolution entre le secteur privé et public est de plus en plus différente : « Le public est davantage soumis à de nouvelles réglementations et cela se fait avant tout par la contrainte, plus que par soucis d’attractivité pour les salariés par exemple ». Concernant l’impact direct sur la supply chain des achats, elle ajoute que de nombreuses entreprises y voient du positif ce qui les pousse à poursuivre leur plan d’actions : « Les perspectives ont toujours été en croissance depuis plusieurs années mais, en 2023, elles ont atteint des niveaux jamais vus ! »