Amex GBT dévoile son 1er rapport ESG depuis son entrée en Bourse

258

Amex GBT publie son rapport ESG (Environmental, Social and Gouvernance) de 2022. Le groupe met en avant des avancées significatives en matière de développement durable, de diversité et d’impact social au niveau mondial. Une année « décisive » qui marque son entrée à la Bourse de New York. 

Dans son rapport 2022, Amex GBT détaille les différentes initiatives mises en place et les premiers résultats de ces dernières en matière d’engagements économiques, sociaux et environnementaux. Parmi les points clés du rapport, au niveau environnemental, le géant américain met en avant le lancement du projet pilote sur la tarification carbone, l’intégration de la plateforme CHOOOSE (spécialisée dans le calcul des émissions de CO2) ou bien encore l’initiative Net Zero Carbon Events, qu’à rejoint l’entité Meetings and Events d’Amex GBT. Sur le volet social, le groupe a signé l’engagement « CEO Action for Diversity & Inclusion », qui invite les PDG à faire progresser la diversité et l’inclusion sur le lieu de travail. Amex valorise également les profils féminins, notamment dans les départements technologiques et souhaite renforcer son impact régional en se fixant comme objectif de porter la part de femmes dans les postes de direction au Benelux à 40% d’ici 2023. 

> A lire également : Amex GBT : +65% de CA au 1er trimestre 2023

Cotation en Bourse et programmes de formation

Au niveau de la gouvernance, Amex GBT se dit assurer la mission de la marque, « à savoir garantir le puissant soutien d’American Express Global Business Travel grâce à un cadre de gouvernance solide » et développe des programmes de formation régulièrement et de façon obligatoire. Le groupe annonce également son entrée à la Bourse de New York depuis le 21 mai 2022. « 2022 a été une année décisive pour Amex GBT. Notre entreprise a été cotée en bourse, nous avons défini notre ADN et pris des engagements audacieux pour faire évoluer notre secteur et laisser une empreinte sociétale positive », déclare Paul Abbott, CEO, à travers un communiqué. Il ajoute :  » Les objectifs étaient (en 2022 ndlr) que l’avenir du travail produise des résultats positifs pour tous, d’assurer le déplacement des personnes lorsque cela est le plus important et d’amener le secteur à trouver une solution pérenne pour un transport aérien durable. »

A lire également : Que révèle le baromètre 2023 d’Amex GBT ?

Pour Yorick Charveriat, directeur France d’Amex GBT, ce rapport permet avant tout de s’inspirer pour mettre en place des actions économiques, sociales ou de gérance en France. Contacté par la rédaction, il déclare : « Pour la partie gérance par exemple, nous avons mis en place un programme qui permet à un groupe composé d’une dizaine de cadres d’être en contact régulier avec le board. Nous les intégrons davantage dans la stratégie et nos échanges durant un an afin de les faire monter en compétence. » Concernant la tarification carbone, le dirigeant nous explique que le projet n’est actuellement pas (encore) testé en France mais a pour but de valoriser le coût du carbone et inciter les clients à investir dans des solutions de décarbonation, notamment dans la filière SAF : « En tant que TMC nous avons un rôle hyper important à jouer. Il faut encourager le développement de ces filières et lancer le mouvement afin que les prix soient plus accessibles. »

Enfin, sur l’aspect social, Amex GBT France souhaite renforcer l’engagement collaborateur en proposant pour la première année un programme qui sera lancé dès juin prochain, date à laquelle se déroule traditionnellement la « tournée régionale » des agences. « Animées par un cabinet externe, nous allons proposer des sessions où un brainstorming permettra de réfléchir à des actions concrètes pour améliorer notre impact environnemental. Dix idées seront sélectionnées et mises en place. L’objectif est de créer du lien dans l’entreprise et de nous améliorer en tant qu’entreprise du voyage », confie-t-il. Pour 2023, le leitmotiv est de « continuer sur cette lancée. Il ne faut pas s’arrêter, au contraire », conclut Yorick Charveriat.